LOUIS MALLE 40 ANS DE CINÉMA D’UN CINÉASTE OUVERT SUR LE MONDE

A l’orée du printemps, Lacombe Lucien a ouvert la Rétrospective Louis Malle ce mercredi 15 mars en présence de Justine Malle, sa fille. Cette rétrospective complète décline un voyage sur 40 ans de cinéma dans l’œuvre de ce cinéaste ouvert sur le monde.Justine Malle – La Cinémathèque française – 15 Mars 2018

Lacombe Lucien Juin 1944, sous l’Occupation allemande, dans le Sud-Ouest Lucien Lacombe, 17 ans, travaille comme garçon de salle à l’hospice. De retour chez lui à la ferme pour un congé, il retrouve sa mère qui vit avec le maire du village alors que son père est prisonnier en Allemagne. Il se rend chez son ancien instituteur et lui demande de rejoindre le maquis. L’instituteur le trouve trop jeune. Arrêté par hasard par la milice, il dénonce son instituteur et devient collaborateur. Il rencontre France Horn, une jeune fille juive dont il tombe amoureux.

Pierre Blaise (Lucien) – Lacombe Lucien 1973 – Louis Malle

Lacombe Lucien 1973 – Louis Malle – 135 min – France-Italie- République Fédérale d’Allemagne – Avec Pierre Blaise, Aurore Clément

Lucien Lacombe laisse l’hospice où il travaille comme garçon de salle, pour cinq jours dans la ferme de ses parents. Sa mère y vit avec le maire du village pendant que son père est prisonnier en Allemagne. Louis n’est pas tout à fait bienvenue mais s’accommode de la situation en vivant sa vie, chassant les lapins, donnant des coups de main à la ferme. Parce qu’il rentre tard, il est pris par la milice et amené à leur quartier général, un hôtel. Là tout s’enchaîne, sous l’emprise de la peur et de l’alcool, Louis livre l’instituteur et devient collaborateur, agent de la police allemande. Pas très au fait des codes de la ville, il suit son mentor qui l’emmène chez Albert Horn, un réfugié allemand juif qui se cache avec sa fille France. Albert habitué du monde raffiné parisien, taille un costume à Lucien en échange de l’espoir d’un soutien de la milice à son projet de départ pour l’Espagne. Lucien se fait à cette vie et joue des petits pouvoirs qu’il acquiert avec la milice. Il tombe amoureux de France. Plein d’humour et de retenue, pince sans rire Albert supporte la présence et les fanfaronnades de Lucien jusqu’au jour où il met en danger France.

Lacombe Lucien ou comment un jeune homme ne réussissant pas à entrer dans la Résistance, bascule dans la collaboration à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Louis Malle ne porte aucun jugement, et montre un jeune homme dont l’engagement tient essentiellement au hasard des circonstances, laissant le spectateur libre de penser. Un film dans la lenteur facilitant l’analyse et la réflexion, dont les très belles images étirent la pupille.

LOUIS MALLE

Louis Malle sur le tournage de  And the Pursuit of Happiness 1985

Louis Malle est né en 1932 à Thumeries (Nord) dans une famille de la grande bourgeoisie. Il est reçut à l’IDHEC en 1953. En 1955, il travaille comme assistant de Jacques-Yves Cousteau sur Le Monde du Silence , documentaire Palme d’Or à Cannes. Il filme Jeanne Moreau, la nuit sur les Champs Élysées, bien avant A Bout de Souffle de Jean-Luc Godard qui reprendra le même dispositif de prises de vue.

 

 

 

 

Jacques-Yves Cousteau – Le Monde du Silence

Ascenseur pour l’échafaud 1957, musique Miles Davis

Ascenseur pour l’échafaud – 1957 – Louis Malle

Les Amants 1958, il devient cinéaste sulfureux avec un érotisme aujourd’hui désuet

 

 

 

Les Amants – 1958 – Louis Malle

Film à la part autobiographique

Le souffle au cœur 1970, évoquant inceste mère -fils. Provoque un tollé.

Le souffle au cœur –  Louis Malle

Lacombe Lucien

Au revoir les enfants 1987 film de la reconnaissance par le public

Au revoir les enfants 1987 – Louis Malle

Deux figures secrètement proches du cinéaste :

Le Feu follet 1963 – Louis Malle

 

 

 

 

Le Voleur 1967 –  Louis Malle

Louis Malle s’est souvent tourné vers d’autres pays quand il avait le sentiment de ne plus trouver l’inspiration en France.

Calcutta – 1968 – Louis Malle

L’Inde fantôme -1968 –  épisode 1 La caméra impossible – Louis Malle

Place de la République 1972 – Louis Malle

 

 

 

 

A la Poursuite du bonheur ou And the Pursuit of Happiness 1986 Réflexion sur le rêve américain – Louis Malle

Alamo Bay – 1985 conflit entre des réfugiés vietnamiens et la communauté de pêcheurs d’un petit port – Louis Malle

Après un retour réussi en France

Milou en mai – 1989 –Louis Malle 

 

 

 

 

 

 

 

Au revoir les enfants 1987 – Louis Malle

Louis Malle meurt en 1995 à Beverly Hills (États-Unis).

Explorez les secrets de l’œuvre de Louis Malle, cinéaste controversé, travaillé par l’enfance et son milieu social d’origine, à La Cinémathèque française jusqu’au 1er avril 2018.

Sabine Vaillant

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

Couleur Bulle

couleur-bulle.fr

  • Milou en mai – Table ronde avec Dominique Blanc, Renato Berta, Jean-Claude Carrière

Animée par Frédéric Bonnaud

samedi 17 mars 15 h

  • Lacombe Lucien – Table ronde avec Aurore Clément, Justine Malle, Ghislain Uhry

Animée par Justine Malle et Wafa Ghermani

samedi 24 mars 14 h 45

LOUIS MALLE RETROSPECTIVE

14 mars – 1er Avril 2018

La Cinémathèque française

51, rue de Bercy 75012 Paris

http://www.cinematheque.fr

40 MINUTES DE BONHEUR INTENSE AVEC CONTES SUR MOI : PROGRAMME DE 5 COURTS MÉTRAGES, DE 4 A 104 ANS

Ghirafa – 7min 45 – Anastasiya Sokolova (Russie) – 2014 – Éléments découpés

 

 

Une girafe aux longs cils, la tête près du Soleil, de son museau lance la grande roue signal d’ouverture du parc d’attraction où elle vit. Toute la journée, un petit âne transporte les enfants avec des ballons. Il se met à pleuvoir, tous les bambins courent se mettre à l’abri. Seule la girafe reste sous la pluie et les nuages chargés d’orage.

 

L‘inventif petit âne récolte les ballons et s’envole au secours de la belle aux longues pattes. Il chasse les nuages pour le plus grand plaisir des enfants. Le soir venu, la girafe arrête la roue, tandis que le petit âne s’endort au pied de son amie dans la lumière argentée de la Lune.

 

 

Un dessin aux belles couleurscomme un album soigné, une histoire attendrissante.

Anastasia Sokolova
Anastasia Sokolova
Diplômée de l’Académie d’architecture et d’art de l’Oural en animation
et en design. Membre depuis 2005 de l’Union des figures théâtrales de Russie.
Filmographie
2014 : Ghirafa
2005 : Sparrows children pigeons
2006 : Vivaldi
2007  Lullaby
200_  : Snegur

La petite fille et le renard – 5’31 – Tyler J. Kupferer (USA) – 2011 – Dessin animé

Une petite fille trouve en se promenant ses canards morts. Elle s’enfonce dans la forêt à la recherche du coupable. Les traces sur le sol la conduise au renard. Elle se jette sur lui et s’apprête à le tuer mais se ravise et lui laisse la vie.

 

La neige tombe maintenant drue et la nuit se profile. La fillette trébuche renversant sa lampe.

Le renard accourt et enroule sa magnifique fourrureautour d’elle. Ils s’endorment. Le matin avec le soleil, le renard se lève.

La petite fille se réveille seule. Ses parents la rencontrent en chemin, heureux ils rentrent ensemble à la maison.

Une jolie histoire dans un camaïeux de gris-blanc relevé de touches prune et de traits noirs.

Tyler J. Kupferer

Tyler J. Kupferer
Tyler J. Kupferer cinéaste et animateur de Columbus,
Indiana. Diplômé du Savannah College of Art & Design
depuis 2011 avec un Master of Fine Arts en animation. « La
petite fille et le renard » est son quatrième film d’animation.
Filmographie
2011 : The Girl and the fox
2007 : Biological Warfare Ain’t Easy : A Rightfield Movie
2008 : Ara
2009 : Duck Heart Teslacoil

Eskimal – 8’50 – Homero Ramírez (Mexique) – Marionnettes animés

Un esquimau et son morse vivent tranquillement sur la banquise, au pays des aurores boréales, au milieu des joyeux pingouins.

Mais un village envoie ses fumées, troublant le ciel bleu jusqu’à le fendre dans d‘horribles craquements. Avec sa géniale échelle jaune, l’esquimau monte au ciel et le repeint. Une terrible tempête de neige s’abat sur l’igloo de l’esquimau. Le ciel se troue. Tout ce qui se trouve sur la banquise est aspiré. L’igloo passe le dernier et bouche le trou laissant l’esquimau seul en suspension dans le ciel. Il pleure devant sa banquise détruite. Apercevant son morse, futé, il le rejoint sur la banquise. Les voilà tous deux à la dérive sur un mini morceau de banquise.

Une très jolie animation, avec un personnage plein de ressource, préoccupé par le trou de la couche d’ozone qui croît avec la pollution de sa banquise.

Homero Ramírez Tena
Homero Ramírez Tena
licencié des arts et de la conception de
l’UNAM depuis 2008. Spécialiste de l’animation en stop motion,
Motion Graphics et de la photographie, fait partie du Studio
d’animation World domination Arts et collabore en tant que
producteur exécutif de courts métrages d’animation pour l’IMCINE,
au Mexique.
Filmographie
2017: Future waves
2008 – 2014 : Série Imaginantes
2013 : Animal
2011 : Eskimal – Sélectionné dans 80 festivals de films internationaux

Black or White – 11’26 – Mohammad-Ali Soleymanzadeh (Iran) – 2017 – Animation numérique

 

Une famille zèbre se repose dans la nature grise, beige. L’œil de petit zèbre s’arrondit devant les superbes couleurs d’un magnifique papillon virevoltant près des rayures noires et blanches des zèbres. Il le suit galopant joyeux dans une nature vibrante de couleur.

Arrivé près d’un lac bleu, le petit zèbre rencontre différents animaux tous plus beaux les uns que les autres, entre dans la forêt la nuit, descend une montagne, tombe dans un champ de pissenlit… et gagne la constellation du papillon avec un papillon.

 

Un univers poétique envoûtant, bercé de musique, un voyage magnifique au pays de la couleur jusqu’à la source de l’imaginaire.

Mohammad-Ali Soleymanzadeh

Mohammad-Ali Soleymanzadeh
Mohammad-Ali Soleymanzadeh né en 1955 à
Natanz en Iran. Étudie la peinture à l’université
de Téhéran. Collaboration avec
le studio Kanoon.
Filmographie
2017 : Black or White
2012 : Maman corbeau et le renard
1999 : Le corbeau qui voulait être le plus fort

Sorti en France sous le nom Le corbeau et un drôle de moineau
distribué par Les Films du Whippet

Polychrome – 2’14 – Écrit, réalisé et produit par Negareh Halimi & Amin Malekian (Iran) – 2017- Stop motion.

Musique originale : Grégoire Lourme

Les couleurs sont en marche et emmènent avec elles tous ceux qui veulent se joindre à elles. Elles atteignent leur but et là dans le tourbillon magique d’une mystérieuse boite prennent toutes les formes inimaginables pour finir en couleurs sages et rangées prêtes à l’emploi.

Des couleurs pimpantes, volontaires et énergiques se constituent en une magnifique palette arc en ciel pour colorer les dessins des enfants à l‘imagination vive.

Negareh Halimi

Negareh Halimi

Née en Iran en 1982, Negareh Halimi artiste-peintre, diplômée en animation et en Arts Plastiques de l’Université d’Art de Téhéran.

Filmographie
2017 : Polychrome
2015 : Pyracantha
2013 : My Poor Friend
2011 : The Great Wave
Cinq films, cinq univers pour rêverimaginer, raconter des histoires aux petits et grands, rires’attendrir, trépigner, faire battre la chamade au cœur, et déposer aux creux de l’oreille unepetite musique : Contes sur moi.

CONTES SUR MOI – Programme de 5 courts métrages – dès 4 ans – 40 minutes – Sans paroles

LES FILMS DU WHIPPET

Sortie nationale : 21 février 2018

 

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

Continuer la lecture de « 40 MINUTES DE BONHEUR INTENSE AVEC CONTES SUR MOI : PROGRAMME DE 5 COURTS MÉTRAGES, DE 4 A 104 ANS »

VOYAGE AU CONGO 1926 UN FILM DE MARC ALLÉGRET

L’auditorium du Louvre affichait complet ce 10 mars pour le Ciné-concert Première du film restauré Vie indigène en Afrique rapportées par André Gide et Marc Allégret, sur une Musique originale de Mauro Coceano (2017) qui dirigeait l’orchestre. Laurence Braunberger (1) présentant le film dans le cadre du festival « Toute la mémoire du monde » de la Cinémathèque Française et du cycle de films « Autoportrait en voyageur », a souligné qu’il ne s’inscrivait pas dans une problématique anti-colonialiste.

Le 18 juillet 1925 André Gide et Marc Allégret embarquent sur le paquebotL’Asie à Bordeaux pour Dakar, pour un périple qui les ramènera à Bordeaux le 31 mai 1926. Ils parcourent l’Afrique équatoriale pendant ces onze mois, filmant, photographiant et écrivant, sur les peuples qu’ils rencontrent. Impossible de visionner les images pendant ses onze mois pour le cinéaste Marc Allégretqui écrit dans Les Cahiers de Belgique (n° 4, mai 1928) : « Ce négatif mystérieux se promenait (non développé) pendant dix mois sur la tête des porteurs, dans des petites caisses capitonnées de poudre de liège, grillé par le soleil et moisi par l’humidité… L’emballage résisterait-il ? Malgré tous les soins dont il était entouré, le négatif ne serait-il pas détérioré au point d’être inutilisable ?... ».

Marc Allégret, secrétaire d’André Gide chargé de mission par le Ministère des colonies le temps du voyage, réalise en 1925 son premier film, Voyage au Congo, un documentaire sur plusieurs tribus africainestémoignage de coutumes de cette région isolée du monde. Il filme avec la caméra Debrie à manivelle, les danses, les rituels, les gestes familiers, les jeux de tribus et labeauté des paysages encore peu connus.

Voyage au Congo, Marc Allégret, 1925 © Les Films du Panthéon

André Gide publie son journal Voyage au Congo. Le livre prend une orientation politique partagée par Marc Allégret, dénonçant les méfaits de l’administration coloniale.

Voyage au Congo Marc Allégret, 1925 © Les Films du Panthéon

Le film débute sur les scènes de départ en bateau, puis de voyage en train, entrecoupées par les cartons (d’époque) commentant l’action, agrémentées decartes géographiques. Plus tard un homme debout conduit son étroite piroguesur le fleuve au gré de la musique de Mauro Coceano invitant à se laisser partir dans le paysage.

Voyage au Congo Marc Allégret, 1925 ©

Les Films du Panthéon

Paysage modelé par l’architecture de l’habitat de chacune des tribusToit végétal conique pointu couvrant pratiquement le bâti arrondiToit végétal surbâti plus conséquent en parallélépipède, magnifique construction de terre en forme d’obus ornée de formes géométriques fermée la nuit par une natte,maison géométrique avec ouverture ronde en surplomb. La vie quotidienne avec la recherche de nourriture à la sagaie par les chasseurs en attendant que lebrûlis fasse effet, la pêche au court filet par les pêcheurs et les enfants, la culture du manioc par les femmes puis sa préparation, les danses où tour à tour femmes et hommes entre en mouvements, le dépeçage d’un hippopotame pour nourrir le village pendant 8 jours, l’eau boisson mais aussi occasion de se détendre… La vie en Afrique équatoriale en 1925 vue par Marc Allégret et André Gide.

Marc Allégret

France -1926 – noir et blanc – 94 min

Musique originale : Mauro Coceano 2017 Ciné-concert avec orchestre dirigé par Mauro Coceano

Film restauré et numérisé par Les Films du Panthéon en collaboration avecLes Films du Jeudi, avec le soutien du CNC et de La Cinémathèque française, et avec l’aide du British Film Institute.

MAURO COCEANO

Né en Italiecompositeur etpianiste.

Compositeur de la musiqued’une trentaine de pièces dethéâtre : Emma la Clown, Michèle Guigon, Pierre Trapet, Philippe Ferran, …

Compositeur de la musiquede près de cinquante ciné-concerts du solo aux formations de 40 musiciens (commandes ARTE, Forum des Images, Festival d’Anères, Musée d’Orsay, …) qui se sont produites dans de nombreuses salles en France et à l’étranger.

Dirige depuis 12 ans l’ensemble « Unikum Swak » composé d’une quinzaine de musiciens

MUSICIENS

Mauro Coceano : piano/accordéon

Bastien Ferrez : saxophone

Karsten Hochapfel : violoncelle/guitare

Gaël Mevel : violoncelle/piano

Etienne Meziere : violon

Deuxième violon

Romain Perda : percussions

Aurélie Pichon : clarinette

Thierry Delor : sons/séquences

(1) Séance présentée par Pascale RaynaudLaurence BraunbergerBéatrice de PastreHervé Pichard et Benjamin Alimi.

 

Sabine Vaillant

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

Couleur Bulle

VITTORIO STORARO DOMPTE LES QUANTA DE LUMIÈRE

Le froid mordant de la nuit parisienne du dernier jour de février n’a pas franchi les portes de La Cinémathèque française pour la Rétrospective Vittorio Storarolaissant le public nombreux écouter le Maître de la lumière. Vittorio Storaro a livré son chemin vers la lumière, sa passion pour la couleur.

Vittorio Storaro entouré de sa traductrice et de Jean-François Rauger –

La Cinémathèque française – 28 février 2018

 

 

 

Vittorio Storaro sur le tournage de Café Society

Celle-ci est née dans la cabine de projectionniste de son père et l’a conduit à étudier pendant 9 ans. D’abord au Centro italiano di addestrament cinematogafico en 1956 puis au Centro sperimentale di cinematografia deux ans plus tard. Plus jeune cadreur du cinéma italien 1961, il devient directeur de la photographie de Franco Rossi en 1969, puis de Dario Argento L’Oiseau au plumage de cristal 1969

 

 

 

L’Oiseau au plumage de cristal1969 – Dario Argento

 

et pour Le Conformiste de Bernardo Bertolucci après avoir été assistant sur Prima della rivoluzione 1964 et collaborera avec lui jusqu’à Little Buddha 1993.

Le Dernier Tango à Paris – 1972 – Bernardo Bertolucci

 

 

 

Le Dernier Empereur – 1986 – Bernardo Bertolucci –

Vittorio Storaro Oscar de la meilleur photographie

 

 

 

 

 

Pour Le Conformiste, il expérimente lelangage de la couleur, soutenu par l‘art Naïf, ses émotions d’enfants en vacances dans la campagne. C’est ainsi que pour les séquences tournées à Paris, en deux semaines, ce sera le bleuenglobant l‘ombre et la lumière naturelle et artificielle. Et la couleur de la fin en Italie guidée par le chant des oiseaux. Avec Vittorio Storaro, le corps tout entier entre en résonance avec la lumière comme une plaque photographique. C’est un processus créatif qui lui confère la dimension d’auteur de la photographiedénomination qu’il préfère à celle de directeur de la photographie.

Stefania Sandrelli (Giula) – Jean-Louis Trintignant (Marcello) – Le Conformiste – Bernado Bertolucci

Le Conformiste – Bernado Bertolucci – d’après le roman Le Conformiste d’Alberto Moravia 1951

Par conformisme, Marcello a choisi le fascisme et épouse la très bourgeoise Giulia. Il est chargé par les services secrets pendant son voyage de noces d’espionner et de tuer le professeur Quadri, son ancien professeur à l’université, tête de file des antifascistes en exil à Paris.

Dominique Sanda ( Anna) – Le Conformiste – Bernado Bertolucci

Le Conformiste – Bernado Bertolucci 1969, Italie-France-République fédérale d’Allemagne – 118 min

Enfant Marcello Clerici subit un viol par Lino le chauffeur sur lequel il tire au pistolet. Il s’enfuit pensant l’avoir tuéSe sentant coupable, il n’a plus qu’une idée en tête se fondre dans la masse. C’est ainsi qu’il adhère au fascisme, entre dans la police secrète et est sur le point d’épouser Giulia, bourgeoise à l’opposé de la grande-bourgeoisie à laquelle il appartient. En route pour son voyage de noces à Paris, Marcello reçoit l’ordre de tuer le professeur Luca Quadri, tête de file des antifasciste à Paris, dont il a été le brillant étudiant en philosophie. Marcello se rend avec Julia chez le professeur et tombe amoureux de la belle et libre Anna, épouse du professeur. Réticent à l’idée de tuer le professeur, Marcello est sous la pression de Manganiello des services secrets qui le suit en permanence. Anna emmène Giula faire du shopping et l’invite avec Marcello à les rejoindre en Savoie où Luca doit se rendre dès le lendemain. Les deux couples sortent ensemble avec une très bellescène de danse dans une guinguetteMarcello supplie Anna de ne pas partir avec son mari. Mais ils s’en-vont et sont tués dans un guet-apens sur une route de forêt dans une ambiance glaçante et irréelleMarcello, dans sa voiture, pistolet au point, observe la scène et ne leur vient pas en aide.

Quelques années plus tard, le régime de Mussolini s’effondreMarcello dans la rue est surpris par une voix, celle de Lino. Il comprend avoir bâti sa vie sur une interprétation erronée. Que choisira-t-il, sa vie de famille ou ses pulsions ?

En 1979, Francis Ford Coppola laisse Vittorio Storaro libre de concevoir l’aspect visuel d’Apocalypse Now. Il obtient l‘Oscar de la meilleure photographie.

Apocalypse Now – 1979 – Francis Ford Coppola

 

 

 

Tucker – 1988 – Francis Ford Coppola

Avec Woody Allen, Vittorio Storaro passe au numérique

Cafe Society – 2015 – Woody Allen

Laissez les quanta de lumière de Vittorio Storaro allumer vos pupilles, vibrer avec la couleur de cet artiste, auteur de la photographie, collaborateur de plus de 70 films, qui a remporté trois Oscars, un Emmy et a reçu le Lifetime Achievement Award de l’American Society of Cinematographers. A La Cinémathèque française jusqu’au 5 mars 2018.

  • Vittorio Storaro par Vittorio Storaro

Film + Leçon de cinéma

3 mars 14 h 30

animée par Frédéric Bonneau et Pierre Filmon

 

La Cinémathèque Française

Rétrospective Vittorio Storaro

28 février – 5 mars 2018

51, rue de Bercy

75012 Paris

www.cinematheque.fr

Couleur Bulle