N’ENVOYEZ PAS DE FLEURS DE MARTIN SOLARES UN ROMAN NOIR A LIRE ABSOLUMENT 

 

N'envoyez pas des fleurs martin solares sabine vaillant couleur-bulle.fr

N’ENVOYEZ PAS DE FLEURSMartin Solares – 2015 – Éditions Christian Bourgois – 2017 – Traduit de l’espagnol (Mexique) par Christilla Vasserot .

380 p – Couverture © Cédric Scandella

Illustration de couverture © plainpicture/Demurez Cover Arts/ Ellen & Udo Klinkel

N’ENVOYEZ PAS DE FLEURS MARTIN SOLARES

Qui vient d’enlever la jeune Cristina, fille d’un riche couple ? Qui est son fiancé, qui l’accompagnait ? Un événement banal dans la région de La Eternidad, dans le golfe du Mexique. Carlos Treviño, un ancien policier, est chargé de l’enquête. Le consul américain Don Williams offre aussi ses services. Récit impitoyable, désabusé, drôle, Martín Solares, dans la grande tradition du roman noir, convoque les témoins pour les faire parler et mentir.

AUTEUR

Martin solaris Mathieu Bourgois Sabine Vaillant couleur-bulle.fr

MARTIN SOLARES – © Mathieu Bourgois

Martín Solares est né en 1970 à Tampico. Il a travaillé comme critique, professeur et éditeur de littérature. Il est publié dans de nombreuses revues, et Les Minutes noires, son premier roman, a connu un succès immédiat. Il est paru en France en 2009.

MARTIN SOLARES – FESTIVAL AMERICA 2018

https://couleur-bulle.fr/festival/vincennes-festival-america-2018/

Samedi 22 septembre La Rencontre L’Homme est un Loup réunissait Iain Reid, Emiliano Monge, et Martin Solares animée par Julien Védrenne.

* V COMME VIOLENCE

 L’HOMME EST UN LOUP

Depuis l’aube des temps, l’homme use de la force pour contraindre, asservir et dominer l’autre. Qu’elle soit physique ou morale, elle détruit en profondeur le lien social et crée des traumatismes souvent irréversibles. Elle fascine aussi. La littérature n’a eu de cesse de la traquer, d’essayer d’en comprendre les mécanismes et la nature, souvent de la dénoncer avec vigueur. Comment la restituer au plus juste.

Écrire sans aborder la violence au Mexique ? C’est un phénomène répandu, il est impensable de ne pas expérimenter la violence répond Martín Solares. Beaucoup de nouvelles, de paroles sur les fusillades, tirs, rafales dans les villages et maintenant sur les plages. Aujourd’hui il faut trouver des synonymes pour les mots du quotidien car les mots disparaissent. Il n’y a pas de justice : les mots ont disparu ajoute-t-il. La vie a changé avec la disparition des mots. Les mots ont disparu par crainte de la violence non par peur d’un gang. La violence est endémique. Violence que Martín Solares qualifie de « violence de l’ombre des arbres ». Elle concerne les trafics de personnes, de stupéfiants, d’armes ou autre. Il faut couper la branche pour faire autre chose. Il faut arrêter de vivre à l’ombre de la violence. Il faut des romanciers pour raconter la violence différemment des journalistes. L’écriture d’un roman c’est comme une voiture. Quand on prend conscience que les personnages sont là, impossible de freiner. Tous les personnages ont leur propre vie. Il dit donner vie à des personnages imaginaires. Il veut provoquer des questions dans la tête du lecteur. Pour Martin Solares « l’homme est un cheval pour le loup ». Une autre force du capitalisme réside dans l’exploitation du voisin ajoute-t-il.

Du fait de la perte des mots, avec 300 mots comment retranscrire ou identifier ce qui se passe ? C’est un avertissement au monde prévient Martín Solares.

MA BULLE PERSO

La Eternidad ville au bord du Golfe du Mexique, sous la coupe de gangs, sa police corrompue, et Carlos Treviño, ancien enquêteur de la police, chargé par le consul américain Don Williams de retrouver Cristina, fille de Rafael De León, riche entrepreneur. Quelques années auparavant, Treviño avait résolu l’affaire du tueur de femmes mais cela avait mal tourné. Le commissaire Margarito González, écartant le tueur protégé par les puissants de la ville, avait sorti de sa manche un coupable idéal. Il avait fait passer Treviño pour coupable de corruption. Treviño recherché, avait fui et s’était retiré sur la plage des Baleines les hommes de main de De León venaient le chercher aujourd’hui. La situation était très risquée mais il refusait de renoncer à ses valeurs.

Treviño se lance à fond sur les traces de Cristina, traversant l’enfer à chaque instant dans une course de vitesse haletante contre la mort, comme une traînée de poudre s’enflammant méthodiquement à chacun de ses pas. Rien ne lui est épargné. L’image d’un pays sous la coupe des gangs, contrôlant tout, semant la mort et la terreur dans une violence sans bornes, émerge sous la plume de Martín Solares.

« Le rédacteur en chef d’un des journaux de La Eternidad a été placé par les criminels eux-mêmes. Il arrive quand le numéro est bouclé, il s’assied, il relit attentivement tout ce qui concerne la vie nationale et locale et il oblige les chefs de service à éliminer les articles qui disent du mal de la bande d’assassins pour laquelle il travaille. Il lui arrive même de faire disparaître certains mots. Ou alors il fait remplacer gang criminel par groupe rebelle ; trafic de stupéfiants par commerce ; enlèvement par arrestation ; lésions par marques ; assassinat par disparition. Comme si les mots leur appartenaient à ces salauds. Bientôt, on ne pourra même plus les nommer. ». (Martín Solares N’envoyez pas de fleurs Extrait page 112).

Dans la deuxième partie, Martín Solares brosse le portrait du commissaire Margarito González , homme corrompu jusqu’à la moelle et à travers lui celui édifiant d’une société minée par l’argent et par les stratégies individuelles de survie, retraçant les rouages conduisant à son pourrissement.

N’envoyez pas de fleurs une descente dans l’univers d’une noirceur abyssale d’un pays gangrené par les narcotrafiquants, dont la précision documentaire des scènes de meurtres règle la dramaturgie méthodique, glaciale. Un roman noir au cœur de la violence, à la plume littéraire, passionnant, saupoudré finement d’humour noir, d’une force à la hauteur de ce qu’il raconte, d’une précision chirurgicale dans le démontage des rouages de l’horreur s’exerçant au grand jour dans une indifférence complice.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

 PANORAMA DU CINÉMA COLOMBIEN – PARIS – 10-16 OCTOBRE 2018 – CINÉMA CONTEMPORAIN D’AMERIQUE LATINE A PORTÉE DE PUPILLE

 

Panorama cinéma colombien sabine vaillant couleur-bulle.fr

Clap d’ouverture du 6ème PANORAMA DU CINÉMA COLOMBIEN ce mercredi 10 octobre 2018 à Paris avec Señorita María Luisa, la jupe de la montagne de Rubén Mendoza au cinéma l’Arlequin, précédé d’un concert. C’est parti du 11 -16 octobre au Reflets Médicis, avec onze longs (1) et onze courts-métrages contemporains d’Amérique latine dans une ambiance dynamique, créative, festive. Le Chien qui aboie (2), organise l’événement depuis 6 ans. Il vous mène cette année à la rencontre de personnages souvent solitaires confrontés à des réalités qui semblent parfois inéluctables ; grâce à leur volonté de transgresser la réalité, ils parviennent à transformer leur sort. Zoé Valdés (3) et Véronique-Charline de Lépine (4) sont membres du jury des longs-métrages en compétition cette année.

6 éme panorama cinema colombien couleur-bulle.fr

CRÉATION DE NATHALIA GALLEGO  (5)

– SYNOPSIS SEÑORITA MARÍA

À Boavita, village catholique conservateur dans les montagnes colombiennes, la Señorita María Luisa vit paisiblement dans sa cabane, toujours vêtue d’une robe. 45 ans plus tôt, son état civil l’identifie comme une personne de sexe masculin. Inlassablement, elle mène son quotidien avec une intime conviction qui la conduit à s’affirmer face aux autres, cultivant sa terre comme elle cultive sa vie.

SEÑORITA MARÍA

La route d’asphalte grimpe dans les montagnes colombiennes puis devient chemin de terre à la rencontre de la Señorita María Luisa. D’abord de dos, la couleur de ses vêtements danse sur les chemins. Quand sa silhouette en jupe devient familière, la caméra entre dans sa maison.

Señorita María Luisa – 2017 – Rubén Mendoza

Pendant 6 ans, Rubén Mendoza a filmé la Señorita María Luisa parce qu’il est d’ici, avec Amanda Sarmiento la productrice, élément féminin important pour La Señorita María Luisa rendant le film possible. La caméra de Rubén Mendoza la saisit quand elle met sa force de travail au service des autres parce qu’elle n’a pas de terre. Il cueille sa disponibilité à la nature, sa façon de s’occuper des bêtes, ses promenades nocturnes pour s’assurer que tout va bien. Il accueille son histoire, la suit à l’église où les femmes se doivent d’être. La densité de son être qu’elle pose femme s’impose, sa façon de vivre et d’être en relation avec ceux qui la côtoient depuis 15 ans et parlent d’elle sont sa manière de s’affirmer face aux autres. D’un côté la Señorita María Luisa et de l’autre les tentatives d’explications des villageois, souvent douloureuses pour elle : ses parents, les crises d’épilepsie, un démon… La caméra laisse la science rationaliser ses crises.

Elle se réinvente chaque jour au lever du soleil dans ses belles montagnes du Boyacá, tandis que le milieu rural où elle vit semble immuable, englué dans son conservatisme.

La SEÑORITA MARÍA ou la densité d’être femme affirmant sa marginalité tranquille au quotidien en marge de Boavita, village conservateur catholique de paysans, loin des villes, un documentaire fort, marquant, poétique et douloureux par moment, de Rubén Mendoza. A voir!

Au cours du débat avec Emma Luna juriste spécialisée en droits humains et militante de l’association Acceptess-T, Pascale ABSIChargée de recherche Anthropologue – Membre de l’Axe Travail, Finance et Globalisation Institut de Recherche pour le Développement et Manuela Guevara Anthropologue, il a été souligné la singularité du documentaire : María Luisa s’affirme femme dans un univers loin des villes loin des représentations habituelles, être femme mais pas femme dans un corps d’homme sans la nécessité de transformer son corps, les tentatives récurrentes de récupération avec un discours. Aujourd’hui Maria Luisa vit ailleurs, elle est connue, son histoire va faire l’objet d’une telenovela par une firme qui a acheté les droits, rentrant ainsi dans une autre logique. Ce qui explique aussi l’amertume de Rubén Mendoza qui dit dans une introduction au film son regret d’avoir fait ce documentaire.

  • SEÑORITA MARÍA (MADEMOISELLE MARIA)

Rubén Mendoza

Colombie/ Documentaire – Colombia/ Documental

2017 / 90’

IDFA – Festival International de Documentaire Amsterdam – Sélection officielle 2017-  Festival de Locarno 2017 – Prix du meilleur réalisateur / FIFAM – Festival International du Film d‘Amiens 2017- Prix du jury

  • RUBEN MENDOZA

Rubén Mendoza né en Colombie en 1980 est réalisateur, a reçu de nombreux prix dans plus de 40 festivals dans le monde entier. 8 courts métrages en tant que scénariste et réalisateur, monteur de deux films de Luis Ospina.

2014 : Tierra en la lengua et Memorias del calavero.

2015 : El valle sin sombras – documentaire

2017 : Señorita María, la jupe de la montagnedocumentaire

Son nouveau projet Niña errante a reçu le fond de soutien intégral à la production de la Direction de la Cinématographie de Colombie.

https://www.panoramaducinemacolombien.com/edition-2018

http://lechienquiaboie.fr/

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

(1)LONGS-METRAGES EN COMPETITION

AMALIA LA SECRETARIA (AMALIA LA SÉCRETAIRE) – Andrés Burgos

AMANECER (À L’AUBE) – Carmen Torres

CIRO Y YO (CIRO ET MOI)Miguel Salazar

FULLACHEDE (FULLHD) – Carolina Navas, Catalina Torres

LA DEFENSA DEL DRAGÓN (LA DÉFENSE DU DRAGON) – Natalia Santa

LA TORRE (LA TOUR) – Sebastián Múnera

MARIANA (MARIANA) – Chris Gude

SAL (SEL) – William Vega

SEÑORITA MARÍA (MADEMOISELLE MARIA) – Rubén Mendoza

9 DISPAROS (9 TIR) – Jorge Giraldo

(2) LE CHIEN QUI ABOIE, EL PERRO QUE LADRA, association fondée en 2009 rassemble des « professionnels de la profession » : producteurs, cinéastes, médiateurs culturels, critiques et chercheurs en cinéma. Elle s’appuie sur des cinéphiles confirmés, à l’affût de la moindre nouveauté cinématographique, des bénévoles aux compétences diverses, des regards multiples et des expériences variées au service d’une même envie : celle de donner une place au cinéma latino-américain dans les salles de cinéma européennes. Ainsi en 9 ans, plus de 300 films ont été présentés dans différentes salles de cinéma et espaces culturels à Paris et en Île de France.

Les programmes et sélections thématiques ont été projetés à travers le monde, dans le cadre de festivals, ou d’événements culturels à New York, Saint-Pétersbourg, Berlin, Londres, MadridMontpellier, Lyon, Avignon ou encore Douarnenez.

(3) ZOE VALDES

Zoé Valdés, née à La Havane en 1959, romancière, poétesse et scénariste, auteur d’une cinquantaine de livres dont Le Néant quotidien et La Douleur du dollar.

Philologue de formation, elle a travaillé à la délégation cubaine de l’UNESCO à Paris. En 1987, elle rentre à Cuba et travaille comme critique d’art, scénariste et sous-directrice de la revue Cinéma Cubain. En 1995, elle quitte Cuba pour la France avec sa famille.

(4) VERONIQUE-CHARLINE DE LEPINE

Productrice et scénariste française de nationalité colombienne, présidente de Macondo Productions.

LES HOMMES DE L’OMBRE série mettant en scène le monde de la politique.

Charline de Lépine tourne en ce moment une nouvelle série sur le monde de la télévision dans les années 60, centrée sur l’émancipation de la femme, SPEAKERINE.

(5) – UNE CRÉATION DE NATHALIA GALLEGO

« Eau et feu, lumière et obscurité, l’animal et le divin. Un signe présent dans les scènes où des petites filles sourient, le visage empli de nature, où des femmes dans leur enfance explorent leur environnement, portant le feu ; comme si le résultat devait nécessairement être l’abolition de leurs limites. Une déclaration d’opposition comme part de notre survie qui, à la fin de la journée, est une réclamation lancée à travers le temps ».

TAZZEKA DE JEAN-PHILIPPE GAUD : LA PASSION DE LA CUISINE AU BOUT DU VOYAGE

 

Tazzeka sabine vaillant couleur-bulle.fr

SYNOPSIS TAZZEKA

Élevé par sa grand-mère qui lui transmet le goût et les secrets de la cuisine traditionnelle, Elias grandit au cœur d’un village marocain, Tazzeka. Quelques années plus tard, la rencontre avec un grand chef cuisinier parisien et l’irruption de la belle Salma dans son quotidien vont bouleverser sa vie et le décider à partir pour la France… À Paris, Elias fait l’expérience de la pauvreté et du travail précaire des immigrés clandestins. Il découvre aussi les saveurs de l’amitié grâce à Souleymane, qui saura raviver sa passion pour la cuisine.

TAZZEKA – JEAN-PHILIPPE GAUD

Sur un chemin de campagne dans une nature splendide où les arbres formes des masses vertes, Elias conduit son âne tout en murmurant des mots. Arrivé à la maison de sa grand-mère à Tazzeka, un village isolée du Maroc, il la regarde cuisiner tout en énumérant des noms de plats traditionnels français issus d’un livre de cuisine d’un grand cuisinier qu’il admire. Il ne manquerait pour rien au monde l’émission de cuisine à la télévision.

 

Tazzeka sabine vaillant couleur-bulle.fr

Abbes Zahmani  (Youssef) –Madi Belem (Elias) – Tazzeka Jean-Philippe Gaud

Elias grandit et travaille pour le restaurant du village de Youssef.

Tazzeka sabine vaillant couleur-bulle.fr

 

Madi Belem (Elias) – Tazzeka Jean-Philippe Gaud

Salma envoyée au village depuis Paris, déboule dans sa vie et lui ouvre l’univers des possibles.

Tazzeka sabine vaillant couleur-bulle.fr

Ouidad Elma (Salma) – Madi Belem (Elias) – Tazzeka Jean-Philippe Gaud

Il essaye de varier sa cuisine en introduisant les plats français dont il apprend les recettes mais Youssef ne cède pas. Jusqu’au jour où l’occasion se présente avec la rencontre d’un grand chef cuisinier français.

Tazzeka sabine vaillant couleur-bulle.fr

Olivier Sitruk (Julien Blanc) -Madi Belem (Elias) – Tazzeka Jean-Philippe Gaud

Il se décide à partir pour Paris.

Tazzeka Jean-Philippe Gaud

Une dure vie l’attend avec le travail précaire, mal payé, la peur au ventre d’être arrêté par la Police.

Madi Belem Sabine vaillant tazzeka

Madi Belem (Elias) – Tazzeka Jean-Philippe Gaud

La rencontre avec Souleymane, son amitié le poussera à oser la cuisine.

TAZZEKA

Jean-Philippe Gaud apporte la beauté du paysage dont on retrouve volumes et courbes sur le tapis du restaurant de Youssef. Sans écarter la dure réalité de l’immigration et les morts que rejettent la méditerranée, il offre un regard lucide, dénué de misérabilisme, réaliste au travers de Elias. Il souligne l’importance de la transmission ici des goûts, des saveurs, d’un savoir faire, d’une cuisine de sa grand-mère qui portera Elias au-delà de la Méditerranée et sera sa boite à outil pour construire sa vie. Elias a des atouts, un savoir faire, du talent qui font qu’il s’accrochera soutenu par Souleymane et prendra son destin en main. C’est un regard sur une jeunesse issue de l’émigration qui peut être vue différemment par ceux qui ne portent pas les même valeurs mais doivent la regarder aussi comme l’avenir, qui peut réussir, émigrée ou pas en apportant beaucoup plus que sa force de travail : de la créativité, de la culture, une force de vie. Le film évite le travers d’un sauveur providentiel qui par magie changerait le destin d’Elias. Tout ne tombe pas du ciel. L’eldorado d’un monde parfait n’existe pas. Du travail encore et encore, une rencontre pousseront Elias vers l’accomplissement de son rêve en portant et faisant grandir ce que sa grand-mère lui a transmis.

Un film attachant, un regard différent sur la transmission et l’immigration, la jeunesse où l’émigré n’est pas celui qui prend mais qui donne, où l’humour, la joie, le rire font partie de la vie et aide à grandir.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

  • TAZZEKA – 2017 – Jean-Philippe Gaud

France/Maroc – 1 h 35

Productions : Takka Films, Awman Productions

Distribution : Les Films des Deux Rives

Sortie nationale : 10 octobre 2018

Avec : Madi Belem : Elias, Ouidad Elma : Salma, Adama Diop : Souleymane, Abbes Zahmani : Youssef, Olivier Sitruk : Julien Blanc

  • MADI BELEM

Cours Florent, révélation du début d’année 2016 dans Le Convoi de Frédéric Schoendoerffer, au côté de Benoît Magimel. On le retrouve par la suite dans la série de Canal

Plus, Baron Noir, thriller politique opposant Kad Merad et NielsArestrup. Jean-Philippe Gaud lui offre son premier rôle principal dans TAZZEKA.

  • JEAN-PHILIPPE GAUD

Jean-Philippe Gaud né à Draguignan dans le Var, passionné de théâtre, cinéma et opéra. Collabore comme monteur avec des réalisateurs : Frédéric Mermoud,Thomas Bardinet, Nader Takmil Homayoun. Diplômé de la Fémis en montage.

FILMOGRAPHIE

1998 : Mabrouk Moussa ! (Fiction, 12mn) – Court-métrage – nominé aux

Academy Awards de Los Angeles, il remporte le Best Fiction Award au Festival International de Tel-Aviv.

2000 : Deux fraises Tagada ! Fiction – 12mn – Court-métrage. Prix de qualité C.N.C. – Prix du jury au Festival Attitude 18 de Paris.

2002 : Une journée sur la terreFiction -15 mn

2003 : Mise en scène Opéra Paillasse de Leoncavallo à Draguignan

2004 : Au quotidien 34 mn – Documentaire

2006 : Mise en scène Opéra Barbier de Séville de Rossini à Draguignan

2009 : co-scénarise, monte et produit Téhéran avec Nader Takmil Homayoun pour Alias Films. Prix de la Semaine de la Critique au Festival de Venise (2009) – Grand prix du Festival d’Angers 2010

2011 : Écriture de Tazzeka – Aide à la conception du C.N.C.

2012 : Scénario de Tazzeka Lauréat bourse Beaumarchais-SACD – Aide au développement au Festival Cinemed de Montpellier.

2015 : crée TAKKA FILMS avec Axelle Hutchings pour réaliser Tazzeka

2017 : Tazzeka- Premier long métrage

IMPULSO EMILIO BELMONTE : ROCIO MOLINA LE GESTE FLAMENCO CREATIF

 

Impulso Rocio Molina blog couleur-bulle.frlle

 

.Je réfléchis toujours à la façon de transformer la tradition, dans la danse comme la musique. Le flamenco est codé, mais il laisse la liberté d’une part d’improvisation”. Rocío Molina.

SYNOPSIS IMPULSO

IMPULSO nous raconte l’un des défis les plus captivants de l’histoire du flamenco moderne : la création du nouveau spectacle de la danseuse et chorégraphe espagnole Rocío Molina pour le Théâtre National de Chaillot à Paris. Premier Prix National de danse à l’âge de 26 ans et danseuse étoile mondialement reconnue à 30 ans, Rocío Molina repousse sans relâche les limites du flamenco traditionnel. Preuve de sa modernité sans concession, ses improvisations (impulsos) sont un exercice inédit. IMPULSO explore ce qui fait de Rocío Molina une danseuse hors norme, l’enfant terrible du flamenco moderne : la transgression systématique des règles, sa recherche permanente du point de rupture y compris avec son corps, et sa façon très personnelle de questionner la condition féminine au XXIème siècle.

Rocio Molina couleur-bulle.fr sabine vaillant

. ImpulsoEmilio BelmonteRocio Molina

IMPULSO – EMILIO BELMONTE

C’est de la rencontre avec Rocío Molina au printemps 2015, sa soif de collaborations artistiques qu’est né le film Impulso avec le projet de consacrer un film à l’émergence de son geste flamenco.

 . ImpulsoEmilio BelmonteRocio Molina

Le film commence avec les premiers tâtonnements, les premières interrogations et poursuit le cheminement jusqu’à la présentation de ce spectacle au Théâtre National de Chaillot. L’envie d’aller plus loin, là où on ne l’attend pas, et d’entraîner dans ses pas la culture flamenca, habite Rocio Molina. « Rocio Molina entre dans son spectacle en terrain inconnu et se met en danger. Elle perd son centre, elle se jette à la mer, elle le retrouve… » (*) L’art est le seul espace où je ne connais pas la peur ”, explique-t-elle. Emilio Belmonte filme ce courage, cette prise de risque.

. ImpulsoEmilio BelmonteRocio Molina

 La caméra suit Rocio Molina à Chaillot, dans son studio en Espagne à la campagne avec ses musiciens, sa mère, ses amis, en répétition. Concentrée, à la recherche du geste, du moment où le corps et la musique sont en syntonie, inlassablement elle travaille. Quand c’est fini, elle part courir dans son élément ou nager libre dans sa tête et son corps qu’elle habite dans la plénitude du mouvementElle impulse son énergie phénoménale dans l’espace qu’elle sculpte de son corps. « Dans son corps la beauté et le tragique sont à l’affût. (*)  »

. ImpulsoEmilio BelmonteRocio Molina

C’est une chercheuse inlassable. Elle prolonge, sublime le chemin non conformiste de Carmen Amaya.

. ImpulsoEmilio BelmonteRocio Molina

Rocio Molina arpente des territoires inconnus transgressant les thèmes classiques. L’artiste les fait siens en les ancrant en archipels de son flamenco, à la recherche de la sensation de la première fois où elle a exprimé son flamenco.

 Rocio Molina dans la plénitude du mouvement, une artiste à saisir en pleine création, un documentaire de Emilio Belmonte.

(*) Emilio Belmonte

LE THÉÂTRE DE CHAILLOT VIBRE AVEC LE FLAMENCO LIBRE DE ROCIO MOLINA INDOMPTABLE, TRÉPIDANTE

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

  • IMPULSO – 2018 – EMILIO BELMONTE

 France/ Espagne – 85 min – Espagnol avec sous-titres en français

 Scénario : Emilio Belmonte 

Producteur : Les Films de La Butte 

Co -Producteur : Compagnie Danza Molina 

Distributeur : Jour2Fête

 Sortie nationale : 10 octobre 2018 Avec Rocio Molina

  • ROCIO MOLINA

Née en 1984 à Malaga, danse depuis l’âge de 3 ans. Elle a sept ans lorsqu’elle ébauche ses premières chorégraphies. A dix-sept diplômée du Conservatoire royal de danse de Madrid avec les félicitations du jury. À vingt-deux ans, elle crée Entre paredes.

 2006 : El eterno retorno

2006 : Turquesa como el limón 

2007 : Almario 

2007 : Por el decir de la gente

2008 : Oro viejo

 

2009 : Cuando las piedras vuelen

 

2010 : Vinática

 

2011 : Danzaora y vinática

 

2012 : Afectos

 

2014 : Bosque Ardora –Prix Max 2015 de la meilleure chorégraphie 

 

2016 :Caída del Cielo

 

2018 : Grito Pelao avec Sílvia Pérez Cruz et Carlos Marquerie – Festival d’Avignon – Artiste associée au théâtre de Chaillot depuis 2 ans, Prix National de Danse en 2010. Deux ans plus tard, Mikhaïl Barychnikov s’agenouille à ses pieds au New York City Center, à l’issue de Oro viejo. 

Prix spécial de Danse National British Awards en 2016, Rocio Molina est une artiste internationale.

 

  • EMILIO BELMONTE

Né à Almería, en Andalousie, il y a quarante ans. Le flamenco a été le socle de son éducation artistique. Emilio Belmonte a vu danser et chanter la plupart des artistes des années 70, 80, 90. Les “sonidos negros” (les sons noirs) de Manuel Torre ou les fandangos de Chocolate le font pleurer encore aujourd’hui. Ces chants sont la mémoire d’une douleur partagée, une douleur dont on n’arrive à se débarrasser qu’à travers le chant et sa beauté sans nom. À 23 ans Emilio Belmonte arrive en France, découvre d’autres musiques, d’autres culturesIl rencontre Israel Galván, puis Rocío Molina en 2015 dont le courage et la curiosité ont transcendé l’éternelle opposition entre pureza (tradition) et avant-garde. Leur danse flamenco parle à l’homme qu’il est aujourd’hui comme jadis le flamenco post franquiste des peñas d’Almería avait parlé à l’enfant émerveillé.

VINCENNES, FESTIVAL AMERICA 2018 CONFLUENCE DE LITTÉRATURE

FESTIVAL AMERICA 2018

Festival America 2018 blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

 

Le Festival America 2018 battait pavillon canadien, du 20 au 23 septembre, mettant à l’honneur une trentaine d’écrivains invités, anglophones et francophones venus à la rencontre des lecteurs de tous âges fans des littératures du Canada, ainsi que des professionnels. Le Festival America accueillait aussi des écrivains du Mexique, de Cuba, d’Haïti et des États-Unis.

C’est ainsi que soixante-quatorze écrivains ont investi Vincennes et les salles de rencontres, débats, projections, enveloppant la ville d’un manteau de « Mots de la Littérature ».

«Les Mots de la littérature»  Sous la forme d’un Abécédaire, les écrivains ont échangé sur la ou les thématiques qu’ils abordent dans leurs livres et expliquent pourquoi ils ont choisi de traiter d’un sujet en particulier.

L’idée de ces rencontres littéraires est de permettre au public de découvrir « la fabrique de la littérature» grâce aux échanges entre les auteurs. Amour, Communauté, Ecologie, Engagement, Féminisme, Frontière, Jeunesse, Mondialisation, Poésie, Rêve américain, Violence… autant d‘entrées qui reflètent notre époque.

Le Festival America, unique en son genre, tous les deux ans depuis 2002, associe Vincennes, ses habitants, les associations, les commerçants, les acteurs locaux, et surtout ses bénévoles facilitateurs expérimentés.

Les auteurs et leurs traducteurs de haut vol ont joué leur partition, dans une proximité riche et vivante.

  • COULEUR BULLE VOUS PROPOSE SES RENCONTRES

– DANS LA CAGE, PREMIER ROMAN – KEVIN HARDCASTLE : https://couleur-bulle.fr/livre/dans-la-cage-premier-roman-de-kevin-hardcastle/

Dans la cage kevin hardcastle couleur-bulle.fr sabine vaillant

KEVIN HARDCASTLE – © Karina Afonso

– LE CŒUR BATTANT DE NOS MÈRES – BRIT BENNETT : https://couleur-bulle.fr/livre/le-coeur-battant-de-nos-meres-premier-roman-de-brit-bennett/

Brit Bennet blog couleur bulle sabine vaillant

BRIT BENNETT – © Bruno Klein

-N’ENVOYEZ PAS DE FLEURS – MARTIN SOLARES  : https://couleur-bulle.fr/livre/nenvoyez-pas-de-fleurs-de-martin-solares-un-roman-noir-a-lire-absolument/

Martin Solares blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

MARTIN SOLARES – © Mathieu Bourgois

– LA BÊTE A SA MERE – PREMIER ROMAN DE DAVID GOUDREAULT : https://couleur-bulle.fr/livre/la-bete-a-sa-mere-de-david-goudreault-un-anti-heros-a-la-solitude-bouleversante/

David Goudreault - la bête à sa mère - Sabine Vaillant Couleur-bulle.fr

DAVID GOUDREAULT  –  © Marianne Deschènes

LES TERRES DEVASTEES – EMILIANO MONGE – A VENIR

EMILIANO MONGE -©   Oswaldo Ruiz

 

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

 

https://www.festival-america.com/

DANS LA CAGE, PREMIER ROMAN DE KEVIN HARDCASTLE

Dans la cage Kevin Hardcastle Blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

 DANS LA CAGE, PREMIER ROMAN DE KEVIN HARDCASTLE

DANS LA CAGE – Premier roman de Kevin Hardcastle – Éditions Albin Michel – septembre 2018- Terres d’Amérique – Traduit de l’anglais (Canada) par Janique Jouin-de-Laurens344 p

DANS LA CAGE – KEVIN HARDCASTLE

Ancien champion de boxe et de free fight, Daniel a raccroché les gants après une blessure grave à l’œil. Devenu soudeur, il mène aujourd’hui une vie tranquille avec sa femme et sa fille, âgée de douze ans, à Simcoe,  petite ville d’Ontario dont il est originaire. Difficile pourtant, dans une région minée par le chômage, de joindre les deux bouts. Aussi Daniel accepte-t-il de se mettre au service de Clayton, un caïd de seconde zone qu’il a connu dans son enfance, le temps de se renflouer. Mais vite écœuré par la violence de ce milieu, il décide de s’affranchir et de remonter sur le ring. Sans se douter que, telle l’araignée prise dans sa toile, il ne pourra se libérer de l’influence néfaste de son ami…

AUTEUR

Dans la cage kevin hardcastle couleur-bulle.fr sabine vaillant

KEVIN HARDCASTLE – © Katrina Afonso

Kevin Hardcastle, auteur canadien de 38 ans originaire de l’Ontario, a étudié le Creative Writing à Toronto et à Cardiff. Ses nouvelles ont été publiées dans de nombreuses revues au Canada. Dans La Cage est son premier roman.

KEVIN HARDCASTLE – FESTIVAL AMERICA 2018

Festival America 2018 blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

VINCENNES, FESTIVAL AMERICA 2018 CONFLUENCE DE LITTÉRATURE

Samedi 22 septembre La Rencontre Écrire le Corps réunissait Kevin Hardcastle, Ivy Pochoda et Aura Xilonem animée par Hubert Artus.

* C COMME CORPS

 ECRIRE lE CORPS Nous n’avons qu’un seul corps mais chacun a le sien . On peut le transformer jusqu’à un certain point. A force de travail et de souffrance, le boxeur le rendra plus puissant et résistant. Un régime lui rendra un poids idéal. Une opération sera en mesure de le réparer. Source de plaisir ou de douleur, le corps possède son propre langage. Quelle place occupe-t-il dans la littérature? Comment le façonne-t-on aussi avec des mots?

Kevin Hardcastle connaît le free fight. en tant que sportif. Le free fight est interdit en France a-t-il rappelé. Dans La Cage, Daniel veut échapper à sa destinée en remontant sur le ring. La cage n’est pas seulement le lieu où se pratique le free fight, c’est la destinée : sociale, familiale, travail a expliqué l’écrivain. La cage est une métaphore du combat social, de la survie. La cage c’est le ring mais c’est aussi une cage interne, en soi a-t-il continué. A l’extérieur se trouvent : la vie, le travail… Si il n’y a pas de réussite c’est une autre cage de danger. Quelque soit le lutteur, il est alors difficile de s’en sortir. Kevin Hardcastle parlant du passage du sport à l’écriture, a parlé de magie de l’écriture et du sport qui nécessitent tous les deux beaucoup d’heures de travail. La magie vient de la répétition a-t-il conclu.

MA BULLE PERSO

Kevin Hardcastle plonge le lecteur dans l’univers de Clayton et sa bande de tueurs qui règnent sur la petite ville de l’Ontarion. Faute de boulot, Daniel ex-boxeur entre dans ce cercle de violence. Kevin Hardcastle met en scène la tension extrême des tueurs et celle de Daniel. Il met en abyme la résolution de la tension dans la pulsion de tuer avec armes et celle de Daniel dans la précision analytique du boxeur maîtrisant son corps quand il frappe pour régler les histoires de Clayton. Daniel retrouve ensuite Sarah et leur fille Madelyn. Le cloisonnement de ses vies, lui permet à coup de bières de tenir. Jusqu’au jour où il décide de reprendre l’entraînement. La montée en puissance du corps, aguerri aux différentes techniques, alliée à la puissance du mental feront monter le besoin d’entrer dans la cage pour briser celle qui entrave sa vie.

La Cage, un roman dans la tension : du corps du sportif où s’inscrivent les coups reçus dans la cage et ceux de la vie, et de celle de la violence brute, loin de l’image bucolique du Canada. « Je suis ici de ces coins là. J’en connais les secrets et la violence ! » Kevin Hardcastle.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

LE CŒUR BATTANT DE NOS MÈRES – PREMIER ROMAN DE BRIT BENNETT

 

LE CŒUR BATTANT DE NOS MÈRES – Premier roman de Brit Bennett – Éditions Autrement– Août 2017- Traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean Esch – Éditions J’ai Lu 2018 – 378 pages – Couverture : Alter Ego II © Hwa Kyung Kim – Meilleur Premier Roman étranger 2017.

LE CŒUR BATTANT DE NOS MÈRES – BRIT BENNETT

Nadia a 17 ans et la vie devant elle. Mais quand elle perd sa mère et avorte en cachette, tout change. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l’a vue grandir. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente l’élite. Elle a laissé derrière elle Luke, son ancien amant aux rêves brisés, et Aubrey, sa meilleure amie. Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l’extrême par le poids du secret.

AUTEUR

Brit Bennet blog couleur bulle sabine vaillant

BRIT BENNETT  – © Bruno Klein

Brit Bennett 27 ans,  Diplômée de littérature à Stanford, elle fait partie des 5 meilleurs jeunes auteurs américains du National Book Award. Le cœur battant de nos mères a été acheté par la Warner pour une adaptation cinématographique. Je ne sais pas quoi faire des gentils blancs, son dernier ouvrage est paru aux Éditions Autrement en 2018.

LE CŒUR BATTANT DE NOS MÈRES – FESTIVAL AMERICA 2018

Festival America 2018 blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

VINCENNES, FESTIVAL AMERICA 2018 CONFLUENCE DE LITTÉRATURE

Dimanche 23 septembre – Magic Mirrors Des trombes d’eau et un vent à faire décoller le Magic Mirrors ont fait envoyer un message d’amour à sa famille de David Goudeault. Rencontre Pour L’amour d’une mère réunissait Brit Bennett, David Goudreault, Nathan Hill. Animé par Gladys Marivat (Lire).

*M COMME MÈRE – POUR L’AMOUR D’UNE MÈRE

Le personnage de la mère occupe une place centrale dans la littérature. Et pour cause, elle est la source de notre existence. Pour autant, la relation que l’écrivain entretient avec elle est souvent  marquée par la complexité, sinon tranquillité. Pourquoi et comment écrit-on sur ce sujet aujoud’hui? Que permet-il de raconter? 

MA BULLE PERSO

Nadia, 17 ans, vit dans la banlieue de San Diego en Californie, avec son père, Robert Tuner un marine. Élise, sa mère vient de se tirer une balle dans la tête sans un mot d’explication. Nadia traîne un peu, en attendant d’entrer à l’université du Michigan tandis que son père enfermé dans son chagrin rend service avec son pick-up au Cénacle, communauté de l’Église protestante. Très vite Nadia est enceinte de Luke, fils du pasteur. Elle ne gardera pas ce bébé. « elle avait eu une mère et maintenant elle n’en avait plus ; elle avait été enceinte, mais elle ne l’était plus… ». L’absence, les interrogations, sa mère, peuplent le cerveau de Nadia. Elle quitte l’univers pesant du Cénacle où chaque geste est épié, disséqué, interprété, commenté, laissant sa meilleure amie la chaste Aubrey, Luke aux rêves envolés, son père, pour de brillantes études avant de revenir 3 ans plus tard à Oceanside.

La narration emprunte la voix du chœur des vieilles femmes qui tel un chœur antique préside à la destinée du Cénacle, inscrivant la vie des membres de la communauté dans leur lignée. C’est hors de cette chape que Nadia se connectera à ses sentiments, visitera ses émotions.

Avec Le cœur battant de nos mères,Brit Bennett soulève le couvercle de la communauté du Cénacle où Nadia, Aubrey, Luke et Robert vivent écrasés par leurs secrets se mettant en retrait d’eux-mêmes. Nadia s’en échappera la première. Brit Bennett dépose le vif des sentiments et émotions enfouis de ses personnages, avec sensibilité dans les battements de la vie.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

LE CAHIER NOIR UN FILM DE VALERIA SARMIENTO

Affiche Le Cahier noir valeria sarmiento Couleur-Bulle

 

 

Film Le Cahier noir avant-première cinémathèque

Valeria Sarmiento – Avant-première – La Cinémathèque française – 1er octobre 2018

SYNOPSIS LE CAHIER NOIR DE VALERIA SARMIENTO

Le récit des aventures, au crépuscule du XVIIIe siècle, d’un couple singulier formé par un petit orphelin aux origines mystérieuses et sa jeune nourrice italienne à la naissance pareillement incertaine.
Ils nous entraînent dans leur sillage à travers l’Europe: Rome, Paris, Parme, Venise, Londres…
Toujours suivis, dans l’ombre et pour d’obscures raisons, par un Calabrais patibulaire et un inquiétant cardinal, ils nous font côtoyer de ténébreuses intrigues au Vatican, le marivaudage à la cour de Versailles, les affres d’une passion fatale, un funeste duel et les convulsions de la Révolution française.

LE CAHIER NOIR DE VALERIA SARMIENTO

Lou de Laâge (Laura) – Sebastian – Le Cahier noir – 2017-  Valeria Sarmiento

L’œil de Valéria Sarmiento ouvre dans la douceur de l’intimité de la vie quotidienne de Sebastian et sa nourrice. La réalisatrice dépose délicatement couleur et lumière comme sur une toile. L’enfant aime la belle et vive Laura et le elle le lui rend bien. Mais ce n’est pas sa mère. Et elle pas plus que lui ne connaissent leur parents.

Le Cahier noir – 2017-  Valeria Sarmiento

Leur vie va changer du tout au tout avec la mort du protecteur de Sebastian. Avec Laura, ils vivent désormais sous le toit du marquis de Lusault avant d’être propulsés  dans l’œil du cyclone de la Révolution française et ballottés à travers l’Europe.

Jenna Thiam (Suzanne de Montfort)Stanislas Mehrar (Cardinal Rufo)

 Le Cahier noir – 2017-  Valeria Sarmiento

Valéria Sarmiento peint Laura, en femme qui ne lâche rien, vent debout dans la tempête de la vie, pourtant la toile in fine s’enroule doucement sur elle même et les mystères des identités.

le cahier noir valeria sarmiento couleur-bulle.fr

 

Lou de Laâge (Laura) – Le Cahier noir – 2017-  Valeria Sarmiento

 

  • Le Cahier noir – 2017 – Valéria Sarmiento – 100 min

D’après Livro NegroPadre Dinis de Camilo Castelo Branco

France- Portugal

Scénario : Carlos Saboga

Musique originale : Jorge Arriagada

Producteur : Paulo Branco

Alfama Films

Sortie nationale : 3 octobre 2018

Avec : Lou de Laâge (Laura/Leila), Stanislas Mehrar (Cardinal Rufo/jeune Rufo), Niels Schneider (Marquis de Lusault), Jenna Thiam (Suzanne de Montfort), Fleur Fitoussi (Gervaise) – David Caracol (António), Francois Deblock (Prince de Parma), Joana Ribeiro (Charlotte Corday), Grégoire Leprince-Ringuet ( Bonaparte)

  • VALERIA SARMIENTO

Née au Chili en 1948. Études de Philosophie et de Cinéma avant de débuter sa carrière de cinéaste. Exilée à Paris après le coup d’État de 1973, Valeria Sarmiento n’a cessé d’envoyer des messages politiques aux dirigeants d’Amérique latine à travers ses films et ses documentaires. Collaboratrice de Raùl Ruiz (1941-2011), elle monta la plupart de ses films et a repris, à sa mort, ses projets inachevés tirés de l’œuvre de l’écrivain portugais Camillo Castello Branco.

2010 : partage avec Raúl Ruiz le Prix Art Critics Circle’s Bicentennial for Cinema.

2008 : l’Université de Stanford organise une rétrospective de son œuvre

1988 : Dotation de la Fondation Guggenheim.

  • VALERIA SARMIENTO RÉALISATRICE

Plongez dans l’œuvre rare de VALERIA SARMIENTO, dans laquelle elle « expose et retourne avec élégance et humour les stéréotypes féminins au tournant du XXI ème siècle. »(*) , à La Cinémathèque française jusqu’au 7 octobre 2018.

(*) Gabriella Trujillo

 

 

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

 

  • FILMOGRAPHIE

 

1972 : Un sueño como de colores

1972 : Poesía popular: La teoría y la práctica

1972 : Los minuteros

1979 : Le Mal du pays

1979 : Gens de nulle part, gens de toutes parts

1982 : El hombre quando es hombre

1984 : Notre mariage – Prix Jeune Réalisateur à San Sebastian

1990 : Amelia Lopez O’Neill – Sélectionné au Festival de Berlin en 1991 – Prix de la Fondation Gan.

1992 : Latin Women Beat in California (téléfilm)

1992 : La Planète des enfants (téléfilm)

1995 : Elles

1998 : Carlos Fuentes: Un voyage dans le temps

1998 : L’Inconnu de Strasbourg

1999 : Mon premier french cancan (téléfilm)

2002 : Rosa la Chine

2004 : Au Louvre avec Miquel Barceló (téléfilm)

2008 : Secretos

2010 : Diario de mi residencia en Chile: María Graham (série télé)

2012 : Les Lignes de Wellington, film préparé par Raoul Ruiz, réalisé par Valeria Sarmiento

2014 : Maria Graham: Diary Of A Residence In Chile

2017 : Casa Di Angeli (Série Tv En 3 Episodes)

  • RETROSPECTIVE VALERIA SARMENTO 1er – 7 Octobre 2018

CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

51, rue de Bercy 7502-12 Paris

www.cinematheque.fr

LE CINÉMA JAPONAIS D’AVANT 1945 : NAISSANCE DE L’UNE DES PLUS GRANDES CINÉMATOGRAPHIES DU MONDE

La Cinémathèque française a suspendu son souffle à celui du talentueux Benshi Raiko Sakamoto racontant dans la tradition : Orochi, film muet, marquant l’ouverture de 100 ans de cinéma japonais (1ère partie sur 3). Le Cinéma d’avant 1945 : naissance d’une industrie, éclosion d’une modernité. Dans le cadre de  Japonismes 2018 (juillet 2018 – février 2019).

Portant costume et nœud papillon de rigueur, Raiko Sakamoto a offert avec les musiciens un spectacle intense et exceptionnel. Cette première partie de Japonisme 2018 s’attaque à la période 1920- 1940 du cinéma japonais, particulièrement méconnue et déterminante pour son évolution.

SYNOPSIS OROCHI

Banni de son école pour un motif injuste, le jeune samouraï Kuritomi Heizaburo doit prendre la route. Humilié puis jeté en prison, il empruntera le chemin de la marginalité afin de survivre dans un monde qui lui reste hostile.

OROCHI

Orochi – 1925 – Buntaro Futagawa

Film historique (Jidaigeki), tourné à Kyoto, rarement projeté, Orochi est une œuvre clé de ce mouvement permettant de s‘adresser aux citoyens en contournant la censure. Le film livre une critique de la société féodale par la jeunesse. Orochi renferme une scène anthologique de Shembala, sabre, de 10 minutes.

RÉALISATEURS DE JIDAIGEKI

Le Sabre pourfendeur d’hommes et de chevaux – 1929- Daisuke Ito

Les quarante-sept ronins – 1938 – Masahiro Makino

Chants de tourtereaux – 1939 – Masahiro Makino

SHOMINGEKI ( Drame populaire) DEUXIÈME GENRE JAPONAIS DE CETTE ÉPOQUE

Approche au plus près du Japonais moyen et de son quotidien, le Shomingeki crée un sujet moderne lié à l’apparition des classes moyennes et du Parlant . Le cinéma parlant et sa technologie adaptée au cinéma japonais par Shiro Kido, après un voyage à New York, propulse le Shomingeki au sommet avec Madame et épouse : premier film nippon entièrement parlant. La transition muet-parlant sera cependant retardée au Japon, surtout par les groupes de pression des benshi.

PÉRIODE DE TRANSITION

Avec des films dont les personnages utilisent un langage contemporain pour exprimer les affres du peuple face à l’escalade militariste et la précarisation du Japon de 1937.

Pauvres humains et ballons de papier – 1937 – Sadao Yamanaka – Film parlant.

L’Armée – 1944 – Keisuke Konshita

 

 

Découvrez à la Cinémathèque française jusqu’au 22 octobre 2018 les premiers réalisateurs de la modernité du cinéma japonais en 27 films : De Kenji Mizoguchi à Hiroshi Shimizu, de Daisuke Ito à Sadao Yamanaka ou de Yasujiro Ozu à Tomu Uchida.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

  • OROCHI 雄呂血 – 1925 – Buntaro Futagawa – 

75 min Japon – Film muet

Avec : Tsumasaburo Bando, Misao Seki, Utako Tamaki.

Musiciens : Joichi YASA : guitare et shamisen, Makiko SUSUKI : flûte, Akiko SUGIMOTO : piano

100 ANS DE CINÉMA JAPONAIS (1ère PARTIE) LE CINÉMA D’AVANT 1945 : NAISSANCE D’ UNE INDUSTRIE, ÉCLOSION D’UNE MODERNITÉ RÉTROSPECTIVE –  26 SEPTEMBRE – 22 OCTOBRE 2018

Dans le cadre de Japonismes 2018

LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

  • Japonismes 2018

JAPONISMES 2018 : LES ÂMES EN RÉSONANCE A LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

 

  • LIVRE

100 ans de cinéma japonais – Editions de La Martinière en partenariat avec La Fondation du Japon – septembre 2018

  • CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

51, rue de Bercy 7502-12 Paris

www.cinematheque.fr

  • MAISON DE LA CULTURE DU JAPON

101 bis Quai Branly, 75015 Paris

https://www.mcjp.fr/

UN PEUPLE ET SON ROI DE PIERRE SCHOELLER

Un peuple et son roi- pierre schoeller - blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

 

SYNOPSIS Un Peuple et son Roi

En 1789, un peuple est entré en révolution. Écoutons-le. Il a des choses à nous dire. « Un peuple et son Roi » croise les destins de femmes et d’hommes du peuple, et de figures historiques. Leur lieu de rencontre est la toute jeune Assemblée nationale. Au cœur de l’histoire, il y a le sort du Roi et le surgissement de la République. La liberté a une histoire.

Un Peuple et son Roi – Avant-première Cinémathèque française – 24- 09 – 2018

UN PEUPLE ET SON ROI

Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

Que s’est-il passé en France entre l’an de grâce du 9 avril 1989, jeudi saint, où Louis XVI lave les pieds des enfants pauvres, un mois avant la réunion des États-Généraux, et le 21 janvier 1793 jour de la décapitation de Louis XVI ?

La Révolution. La mort d’un monde et la naissance d’un autre. Pierre Schoeller avec Un Peuple et son Roi livre cette scène dans le mouvement qui traverse le peuple usé, affamé.

Ce souffle puissant s’engouffre de Paris à Versailles, déferlant sur les bans et la galerie de l’Assemblée nationale, sise au Manège, jusqu’aux Tuileries. C’est depuis l’atelier de l’Oncle, Maître verrier, alors que la Bastille tout juste prise est démontée pierre par pierre par le peuple, que naît la lumière censée transcender la rue et les esprits. Cette clarté retrouvée dévoile ceux qui discutent et interviendront à l’Assemblée nationale et à la Convention.

Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

Les femmes surtout qui porteront cet élan vital : Solange la compagne du verrier, Margot, Françoise la lavandière, la Reine Audu… et celles qui entreront dans la postérité.

Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

Adèle Haenel : Françoise -Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

Les figures historiques : Robespierre, Marat, Barnave, Danton, Saint-Just s’incarnent à la tribune tandis que les autres débattent et empoignent fourches, couteaux, armes de toutes natures et marchent vers les lieux de pouvoir.

Denis Lavant : Marat – Niels Schneider : Saint Just – Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

 

Denis Lavant : Marat – Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

Louis Garrel : Robespierre – Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller

Cette montée en puissance du désir de liberté, cette volonté de prendre en main son destin se terminera place Louis XV, par la mort de Louis XVI sous le couperet de la guillotine, devant son peuple le 21 janvier signant la fin sanglante d’un monde et l’espoir d’une ère nouvelle.

Un Peuple et son Roi drame, historique.

Un film dense, dans la dualité : députés-mots « historiquement exacts » / peuple- femmesactionfiction. L’esthétique fige parfois les scènes. Un film politique qui interroge la relation au pouvoir.

  • Un Peuple et son Roi2017- Pierre Schoeller -2h01

France

Musique originale : Philippe Schoeller

Sortie nationale : 26 septembre 2018

Production : Archipel 35 – Archipel 33

AVEC : Gaspard Ulliel : Basile, Adèle Haenel : Françoise, Olivier Gourmet : Maître Verrier, Louis Garrel : Robespierre, Izïa Higelin : Margot, Noémie Lvovsky : Solange, Céline Sallette : Reine Audu, Denis Lavant : Marat, Johan Libéreau : Tonin et Laurent Lafitte : le roi.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

http://sabine-vaillant.webnode.fr/

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

 

  • FILMOGRAPHIE Pierre Schoeller

2017 : Un Peuple et son Roi

2011 : L’Exercice de l’État

2008 : Versailles

  • CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

51, rue de Bercy 7502-12 Paris

www.cinematheque.fr