RESIDENCE#1  – GALERIE MATHGOTH

Partagez !

Residence#1 galerie Mathgoth couleur-bulle.fr sabine Vaillant

Alors que les feuilles tourbillonnent, que la pluie tambourinent sur les vitres de Paris, les sept street-artistes de RESIDENCE#1 ont déjà pris leurs quartier d’automne à la Galerie Mathegoth. Sept univers habitent l’espace autour du jardin intérieur de la galerie le temps d’une résidence d’artistes.

  • Fintan Magee, artiste australien, affiche son univers onirique tout de bleu sur deux toiles évoquant les problèmes mondiaux ici la crise des migrants, le changement climatique, la pollution.

Avec Australian Apathy, un homme et une femme endormis sur une table sous une peinture académique tandis qu’à leurs pieds au bord de la mer des personnages sont accroupis la tête repliée sur leurs genoux. Évoquant ici les migrants relégués sur une île près de l’Australie, sans espoir, dans des conditions très rudes, oubliés des australiens.

Australian Apathy – Fintan Magee – 2018 – 170×120 cm – Acrylique et huile sur toile.

Courtesy Galerie Mathgoth

Sur Pray for rain. Colour study #1 – 2018 – 140 x87 cm – Acrylique et huile sur toile – les personnages de Fintan Magee  en short et tee-shirt, et pour l’un la taille ceinte d’une serviette éponge, posés sur un sol gris uniforme dans une attitude d’attente, avec leurs sceaux, figurent la dépendance vitale de l’homme à l’eau : boire, se laver, se rafraîchir, cultiver. Dépendance qui se fait cruellement sentir avec le réchauffement climatique et la pollution.

  • Anders Gjennestad, artiste norvégien,   – Un personnage enfile un pull, saisi dans l’instant en deux panneaux de bois de récupération.

Berthold Mager Weiss Kursiv – 2018 – Anders Gjennestad– 61 x 66 x 5 cm – Aérosol et pochoir sur ancien tiroir d’imprimerie. 

Courtesy Galerie Mathgoth

Le colocataire suivant :  Akut projette sur les visages des artistes leur œuvre, comme un tatouage, effets garantis.

  • Impossible de ne pas s’arrêter sur les mains mises en couleur et en lumière dans tous leurs états : victoire, poing, rageur ou main tendue de Case Maclain, artiste allemand.

Net case – Case Maclain – 2018 –Stricly competitive – 160 x 110

Courtesy Galerie Mathgoth

  • Plus loin David Walker, street artist anglais, est le voisin des drôles de personnages de l’artiste espagnol Isaac Cordal, empêtrés dans la monotonie, la mélancolie et les pièges de la vie dans un monde désincarné, individualiste. Un homme debout infuse dans une tasse à deux anses remplie de poison, poison qui inéluctablement envahit son corps.

Home Delivery Disaster #1 – 2017 – Isaac Cordal –13 x 17 x 15 cm – Argile polyuréthane et porcelaine.

Courtesy Galerie Mathgoth

  • Herakut, duo d’artistes allemands, offre ensuite une plongée dans son univers peuplé de personnages et d’animaux fantastiques aux yeux immenses, aux couleurs de l’enfance.

At times the only thing alive those demons – Herakut -2017 – 120×80 cm – Aérosol, acrylique et fusain sur papier et carton. 

Courtesy Galerie Mathgoth

  • Plus loin Cope 2 explore les supports de ses lettrages.

RESIDENCE#1 : Herakut, Isaac Cordal, Cope2,  Akut, Case Maclain, David Walker, Fintan Magee, tous familiers de la Galerie Mathgoth, dont les œuvres entrent en résonance, tissent des liens sur le velours des yeux. Hâtez vous de les mirer alors qu’arrive RESIDENCE#2 , avec Jace, Jef Aérosol, Gérard Zlotykamien, Mademoiselle Maurice, Aurel Rubbish du 7 décembre 2018 – 12 janvier 2019.

Residence#2 galerie Mathgoth couleur-bulle.fr Sabine Vaillant

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

RESIDENCE#1   9 novembre – 1er décembre 2018

Galerie MATHGOTH

34, rue Hélène Brion  ·  75013 Paris

www.mathgoth.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *