KIRA MOURATOVA REALISATRICE SANS CONCESSION

Affiche Kira Mouratova

 

  • La Cinémathèque française ouvre grand ses portes à Kira Mouratova, figure marquante du cinéma soviétique et ukrainien ensuite, des années 1960 jusqu’au XXIe siècle. Une Rétrospective qui montre pour la première fois en France les films de cette période et témoigne de son héritage, avec Brèves rencontres en ouverture. Kira Mouratova, une artiste à la liberté de ton, à la narration déconstruite et au décadrage, en 16 films et quatre courts métrages. 

Traductrice – Olga Birzul – Cinémathèque française – 25 septembre 2019

  • KIRA MOURATOVA

Née d’un père russe et d’une mère roumaine en 1934, elle étudie à l’Institut soviétique du cinéma, le VGIK, puis s’installe à Odessa, en Ukraine, où elle réalise deux courts métrages et Notre pain honnête1964 avec Alexandre Mouratov puis, seule, Brèves rencontres – 1967.

Brèves Rencontres

Kira MouratovaBrèves rencontres – 1967

Synopsis : Valentina, responsable du logement dans une petite ville, confrontée à l’impatience des locataires postulants et à la corruption des constructeurs, découvre que son amant la trompe avec la jeune femme de ménage.

Brèves rencontres décrit, d’un regard intransigeant sur le monde contemporain, le système administratif soviétique d’une petite ville de province.

  • Avec Les Longs adieux, En découvrant le vaste mondeParmi les pierres grises , Kira Mouratova se pose en chantre des subjectivités et des êtres désaccordés

Zinaïda Charko

Les Longs Adieux – 1971

 

En-découvrant-le-vaste-monde

En découvrant le vaste monde -1979

Parmi les pierres grises

Parmi les pierres grises – 1983

  • Puis décrit la crise existentielle de la perestroïka :

Le Syndrome asthénique

Le Syndrome asthénique1989

  • Mais la cinéaste explore aussi les passions et les obsessions individuelles. Avec des personnages saisis de folie : Petites passions, Les Gens secondaires.

Les petites passions Mouratova

Les Petites passions -1993

Les gens secondaires

Les Gens secondaires 2000

  • Et dans Trois histoires – 1996 et Les Motifs tchékhoviens -2001, chacun tient obstinément sa place dans les conflits qui l’opposent aux autres. 

Les Motifs tchékhoviens -2001

  • Certains de ses films renvoient aux contes, optimiste avec Le Milicien amoureux -1992 ou rendu impossible par la société cynique dans Mélodie pour orgue de barbarie – 2009

Elle aime improviser et travailler avec la matière du réel :

changement de destinée

Changement de destinée -1987

Deux en un – 2006

L’Accordeur – 2004

  • Dernier film

L’Éternel retour, condense son style, son univers baroque, sa mise en scène et son regard sans illusion sur l’art et le monde. Elle meurt le 6 juin 2018 à Odessa.

 L’Éternel retour – 2012

Affiche Kira Mouratova

  • Entrez dans 1’œuvre de Kira Mouratova, artiste infatigable, acharnée, créatrice de formes cinématographiques surprenantes, qui n’a pas cessé de tourner et d’explorer la confrontation quotidienne des individus à la réalité d’un pays en pleine mutation. A la Cinémathèque française jusqu’au 20 octobre 2019.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

-KIRA MOURATOVA RÉTROSPECTIVE – 25 septembre – 20 octobre 2019 Avec le soutien de l’Ukrainian Institute, en collaboration avec Oleksander Dovzhenko.

  • LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

51, rue de Bercy Paris 12

www.cinematheque.f

  • Sortie nationale au Reflet Médicis à Paris de cinq films de la réalisatrice Brèves rencontres, Les Longs Adieux, Parmi les pierres grises, Changement de destinée, Le Syndrome asthénique.