KONGO UN FILM DE HADRIEN LA VAPEUR ET CORTO VACLAV – ACID CANNES 2019

Affiche Kongo Acid Cannes 2019

Au bord du fleuve Congo à Brazzaville, Hadrien La Vapeur et Corto Vaclav suivent l’apôtre Médard, guérisseur traditionnel de la confrérie Ngunza , chargé de combattre les mauvais sorts. Les ancêtres lui parlent et guérissent. « Nos morts ne sont pas morts ».

Dans son temple, au plus près des habitants qui le consultent, il soigne par incantations, poudres, saignées, fumées, tisanes, écritures. Il confie aux sirènes du puissant fleuve Congo la charge d’éliminer les mauvais esprits qu’il capture. L’invisible règne sur la vie quotidienne de Brazzaville, ponctuant de signes le monde dont se saisit Médard.

Mais il se trouve pris dans une affaire où une femme perd deux enfants foudroyés dans leur maison par une nuit sans orage. Ellemême s’en sort avec un bras handicapé après un coma. Le père accuse Médard de magie noire, sorcellerie. L’apôtre se retrouve devant un tribunal à se défendre devant les juges coutumiers. C’est aux esprits de dire s’il ment ou pas.

Dans un contexte difficile de succession à la confrérie, les sirènes entrent dans la tourmente avec l’arrivée d’une entreprise chinoise. Celle-ci transforme en carrière à ciel ouvert une anse du fleuve, changeant son cours et rendant muettes les sirènes. Médard recueille les sirènes et les transfère dans une autre cascade lors d’un rituel dont la beauté magique suspend le temps à celui de la poésie.

Kongo un film documentaire passionnant, en clôture de l’Acid. Incursion dans ce monde mystique, traversé par le fleuve Congo à l’énergie tonnante si magnifiquement filmé, mais fragilisé par la perte de territoire des Ngunza où vivent leurs sirènes.

KONGO – 2019 – Hadrien La VapeurCorto Vaclav

France – 2019 – 70’

VO Lari/Français

Image : HADRIEN LA VAPEUR

Son : CORTO VACLAV

Musique : GASPAR CLAUS

Produit : FRANÇOIS-PIERRE CLAVEL, HADRIEN LA VAPEUR, CORTO VACLAV, ALEXANDRE PERRIER

Production : KIDAM, François-Pierre Clavel

Distribution : Pyramide

Première mondiale – Clôture ACID Cannes 2019 France – 2019

Avec : APÔTRE MEDARD

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

 

  •  RÉALISATEURS : HADRIEN LA VAPEUR ET CORTO VACLAV

Assistant du réalisateur Philippe Garrel pendant dix ans, Hadrien La Vapeur tournait des films super 8 expérimentaux. Fasciné par la transe et le monde de esprits, il fait la rencontre de Corto Vaclav, anthropologue, et se rendent tous deux au Congo, là où les hommes vivent au quotidien avec leurs ancêtres, afin de s’immerger dans cette réalité et y tourner des documentaires en cinéma direct. Ils fondent le label Expédition Invisible pour regrouper leurs différents travaux.

  • FILMOGRAPHIE

2019 : Kongo – Documentaire – 70 min Sélection ACID Cannes 2019

2018 : L’étrange histoire de Prince Dethmer – Documentaire – 23 min Prix du meilleur court métrage au festival Olhar do Cinema Curitiba Festival Premier Plan d’Angers – Festival de cinéma de Douarnenez Parnü Film Festival – Taïwan International Ethnographic Film Festival Film Caravan Imperia – Curtas Rio

2016 : Tsikembe Tsifoula – Documentaire – 16 min

Les sirènes du fleuve – Documentaire Radio – 24 min

Raël en Afrique – Documentaire Arte Radio – 27 min

Festival Longueurs d’Ondes compétition fiction humour SACD

2015 : Les mains nues – Afrique astrale – Biéramicine Documentaire Arte Radio – 13 min

SOLO DE ARTEMIO BENKI ACID CANNES 2019

Mains Martin pianiste Acid Cannes 2019

Martin Solo – 2019 – Artemio Benki

  • SOLO – 2019 – ARTEMIO BENKI

El Borda, en Argentine, hôpital psychiatrique où un homme joue du piano sur une table entouré d’autres personnes qui l’écoutent dans un silence respectueux. C’est Martin, le Maestro que la caméra retrouve quelques jours plus tard au centre culturel de l’hôpital interprétant sur un piano une pièce de Mozart au milieu de patients vaquant à leurs occupations.

Martin Cannes 2019

Martin Solo – 2019 – Artemio Benki

La vie de Martin se construit à Borda, véritable petite ville avec terrain de foot et église, loin de sa vie d’avant de musicien virtuose. Dans cet espace, il crée Enfermeria, sa prochaine œuvre.

Martin Solo Artemio Benki

Solo – 2019 – Artemio Benki

Ce jeune pianiste, un des plus talentueux de sa génération, tente de faire face à la maladie qui l’a conduit à Borda et se prépare à sa sortie prochaine après 4 ans d’hôpital. Ce passage d’un monde à l’autre, il le construit, le teste dans l’interaction avec les autres patients, Sol, les soignants, les musiciens, la danseuse et dans la création dont il partage les émotions. Sa façon d’être au monde se dévoile dans l’attention qu’il prête à l’autre, dans sa capacité à garder l’enfant qu’il était. Avec le savoir qu’il a acquis sur lui et sa maladie Martin donne les éléments pour comprendre ce qui lui est arrivé et suivre le sentier de son retour à la vie hors l’hôpital avec la musique comme chemin de vie.

  • Solo, un film documentaire bouleversant, passionnant car ce n’est pas un discours médical mais l’intériorité de Martin, là où palpite la vie dans sa fragilité et la force d’avancer. Et la capacité de Martin d’ouvrir à l’autre son espace de création, la forge de sa musique. Au delà Solo questionne aussi la façon de soigner ici en France.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

-Solo – 2019 – Artemio Benki

République Tchèque, France, Argentine, Autriche – 85 min

Musique : Martin Perino

Production : ARTCAM Films, PETIT A PETIT Production, LOMO CINE GOLDEN GIRLS PRODUCTION

 ACID Cannes 2019 – La programmation des cinéastes – 21 mai 2019

Un peu de musique en attendant : 

 

  • ARTEMIO BENKI – RÉALISATEUR

Né à Paris. Journaliste radio freelance à 13 ans. Journaliste l’Autre Journal à 18 ans en collaboration avec Marguerite Duras et Hervé Guibert. En 1992 décide de vivre et travailler à Prague. Participe à l’EAVE Producers Workshop 2010, Screen Leaders 2012, EuroDOC 2014.

FILMOGRAPHIE

2019 : Solo – Acid Cannes 2019

2008 : The Flowet proof – court-métrage

2006 : New generation – court-métrage

2001 : Island of the roof – court-métrage

1999 : Prague stories – Long – métrage – Stketches film (1 sketch directed)

1994 : Moon valley – Long – métrage – Stketches film (1 sketch directed)

1993 : My land – court-métrage – Film documentaire – FIF Munich – FIF Karlovy Vary

PARALLAX DE ANDERS GJENNESTAD – GALERIE MATHGOTH

Anders GJENNESATD  alias Strøk – « PARALLAX » – 10 mai-8 juin 2019

 GALERIE MATHGOTH

-Sans s’émouvoir des caprices du printemps Anders Gjennestad fait jaillir de ses bombes : Parallax à la galerie Mathgoth. Une quinzaine d’œuvres mettant en scène ses personnages à l’ombre portée, partie prenante du questionnement sur la gravité et le temps.

Tom le street danseur, photographié en noir et blanc sous tous les angles dans l’anonymat de la rue par Strøk, renaît ensuite sous ses pochoirs. Faits mains, leur durée de vie se limite à 3 passages de caps.

Délivré de l’apesanteur, il évolue en solo ou en duo sur tous supports, s’adaptant à toutes les textures, étirant les lignes de sa marinière dans l’air du temps. Devenu personnage, sans jamais dévoiler son visage, il joue des quanta de lumière autant que de la matière et du temps en une gamme noir, blanc, gris.

  • Ainsi dans la distorsion des lignes de son sweat débordant du cadre, il imprime son mouvement et la longitude de son ombre, sur le support accentuant l’effet 3 D.

Anders Gjennestad Blood Stork couleur bulle

 

FirstbloodAnders Gjennestad – 2017 – 175 x 101 cm – wood

Courtesy Galerie Mathgoth

  • Plus loin, il vole, coursant son ombre, dans une chute éclairée par les éclaboussures de rouille du métal vieilli par le temps.

Flight II Anders couleur-bulle.fr

Flight II – Anders Gjennestad – 2019 – 118 x 59 cm – steel – Courtesy Galerie Mathgoth

  • Ailleurs, figés dans le rebond du jeu dans le creux du métal ou en lévitation ils observent le monde à leurs pieds.Gravitational Stork couleur bulle

Gravitational – Anders Gjennestad – 2019 – 120 x 60 x 20 cm – steel

Courtesy Galerie Mathgoth

  • Tandis qu’ici leurs ombres semblent plonger dans la couleur, explorant le temps des affiches passées au risque de s’y perdre.

Freiheitzeit stork couleur-bulle.fr

Szenen der Freiheit – Anders Gjennestad – 2019  – 17 2 x 93 cm – wood

Courtesy Galerie Mathgoth

  • Et là, ils créent des rayures de leurs ombres entrant en résonance avec celles de leurs marinières.

No Sweat stork

 No Sweat -Anders Gjennestad – 2019 – 200 x 172 cm – wood-cropped

Courtesy Galerie Mathgoth 

  • Maintenant dans le miroir de l’émail du panneau Attention école, il interroge l’enfant qu’il a été.

Playbutton stork couleur bulle

Playbutton – Anders Gjennestad – 2019 – 49 x 49cm – steel – Courtesy Galerie Mathgoth

 

-A vous d’explorer les œuvres d’une grande finesse de Anders Gjennestad, artiste pochoiriste, de jouer avec leurs ombres et décider de succomber ou pas au vertige dimensionnel qu’elles induisent, jusqu’au 8 juin à la galerie Mathgoth.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

« PARALLAX »  Anders GJENNESATD

Galerie Mathgoth

34, rue Hélène Brion – 75013 Paris

Du 10 mai au 8 juin 2019

www.mathgoth.com

À l’invitation du musée des Beaux-Arts de la ville de Calais, Mathilde et Gautier Jourdain sont les commissaires de l’exposition “Conquête Urbaine” du 6 avril au 3 novembre 2019 qui, au travers des œuvres de plus de 60 artistes majeurs, retrace l’histoire de l’art urbain.

CConquête urbaine Mathgoth

 

MICHEL DEVILLE RÉALISATEUR AUDACIEUX A L’ÉCART DES CLANS

Fanny Ardant rétrospective Michel Deville

La Cinémathèque française ouvrait grand ses portes pour la Rétrospective Michel Deville en cette soirée peu printanière du jeudi 9 mai avec Le Dossier 51 en ouverture. Discret le réalisateur, scénariste, producteur et poète, y a déposé ses archives, les rendant disponibles aux chercheurs.

Rosalinde Deville Couleur Bulle

 

 

 

 

 

Rosalinde Deville – Productrice – Scénariste – épouse de Michel Deville – La Cinémathèque française – 6 mai 2019

  • Né en 1931, à Boulogne-Billancourt où il réside, Michel Deville devient assistant à 20 ans de Henri Decoin avec La Vérité sur Bébé Donge et ce pendant 10 ans avant de coréaliser Une Balle dans le Canon – 1958 avec Charles Gérard. Il signe Ce soir ou jamais – 1960 son premier long métrage en solo. Le réalisateur crée Éléfilm, sa société de production en 1961.

Ce soir ou jamais La cinémathèque

Ce soir ou jamais – 1960 – Michel Deville

Pour ce contemporain de la Nouvelle Vague à la voie singulière, expérimentateur, «… la forme fait partie du propos et la façon de raconter l’histoire est aussi importante que l’histoire elle-même (1) » à l’instar d’Alain Resnais. Et sa relation aux interprètes est un élément clé de sa création.

Son oeuvre :

– Films placés sous le signe de Marivaux et de Musset

Ce soir ou jamais – 1960, Benjamin ou les mémoires d’un puceau – 1967, L’Ours et la Poupée – 1969, Raphaël ou le Débauché – 1970.

Catherine Deneuve Michel Piccoli Couleur Bulle

Benjamin ou les mémoires d’un puceau – 1967

L’Ours et la Poupée – 1969

– Films d’œuvres apparemment inadaptables

Le dossier 51 – 1978 d’après Gilles Perrault, La Lectrice – 1988, La Maladie de Sachs – 1999

Albert Dupontel couleur-bulle.fr

La Maladie de Sachs – 1999

– Films réalisés à partir de contraintes formelles : Pérec, Calvino ou Roubaud

 La petite Bande – 1982, Le Voyage en douce – 1979, Nuit d’été en ville – 1990, La Femme en bleu – 1972

La Petite Bande couleur-bulle.fr

 La petite Bande – 1982 

– Films adaptés de polars qui tournent autour de la manipulation et du voyeurisme

Le Mouton enragé – 1973, l’Apprenti salaud – 1976, Eaux-profondes – 1981, Le Paltoquet – 1986, Toutes peines confondues – 1991. A partir de : Péril en la demeure – 1984 Michel Deville collabore avec Rosalinde Deville jusqu’à Un fil à la Patte -2004.

Fanny Ardant Couleur Bulle

Le Paltoquet – 1986 

Isabelle Huppert Couleur Bulle

Eaux-profondes – 1981

– Films années 2000

Un Monde presque paisible – 2002 : Le retour à la vie des rescapés des camps d’après Quoi de neuf sur la guerre, roman de Robert Bober, Un fil à la Patte -2004, d’après la pièce de Georges Feydau.

Zabou Breitman Couleur Bulle

Un Monde presque paisible -2004 – Michel Deville

Le Dossier 51 – 1978 – Michel Deville

Le dossier 51Michel Deville

France – 108 minute

Scénario : Michel Deville et Gilles Perrault d’après son roman éponyme

Musique : Jean Schwartz, Frantz Schubert : Sonate Arpeggione en A mineur D821

Avec : François Mathuret : Dominique Auphal/51, Claude Marcot : Liliane Auphal/52, Anna Prucnal : Sarah Robski, Françoise Lugan : mère de Dominique Auphal, Jenny Clève :  Agent 747, femme de ménage de 51, Nathalie Juvet : Marguerite Marie

Le Dossier 51 Michel Deville couleur-bulle.fr

Le Dossier 51 – 1978

Le Dossier 51 débute avec le bruit des téléscripteurs qui crachent leurs dépêches et le défilement des fiches, notes de services, rapports, archives et photos sur Dominique Auphal, diplomate mis sous surveillance par les services secrets qui cherchent une faille dans sa vie pour le faire chanter. Les images viennent se greffer sur les voix off qui narrent les échanges entre les différents services d’une société secrète.

Espionné, sa vie et celle de ses proches sont passées aux filtres d’une équipe invisible aux noms de code tirés de la mythologie, qui piste son intimité présente et passée, échafaudant une théorie à toute épreuve ou presque.

En caméra subjective, Michel Deville livre les rouages de la machinerie de surveillance d’un individu à broyer. Patience après la vie à la vitesse des téléscripteurs de la fin des années soixante-dix, le film délivre ses perles, critiques d’un système et des hommes qui entretiennent ses rouages.

  • Suivez Michel Deville, cinéaste élégant, expérimentez et explorez son art en trente longs métrages emprunts de rêves, fantasmes, riches de liberté et d’inventivité à La Cinémathèque française jusqu’au 26 mai 2019.

(1) Michel Ciment

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

Logo Couleur Bulle Sabine Vaillant couleur-bulle.fr

• LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

51, rue de Bercy Paris 12

www.cinematheque.fr

 

  • « Prends-moi » Michel Deville, Cherche-Midi éditeur, juin 2014

MATAR A JESÚS UN FILM DE LAURA MORA

Affiche Matar a Jesus Laura Mora

  • MATAR A JESÚS – LAURA MORA

Paula étudiante en photographie observe depuis le couloir son père, José María, professeur de droit à l’université, terminer son cours. Ils rentrent ensemble en voiture. José María est assassiné par un jeune sicario devant ses yeux. Dévastée Paula tente de s’opposer à l’inertie de la justice et de la police. Deux mois plus tard, alors que le dossier est clos, la nuit avec sa bande de copains pour tenter d’oublier entre alcool, musique et volutes de fumées, Paula croise abruptement Jesús, le meurtrier de son père.

Matar a Jesus Laura Mora

Matar a Jesus – 2018 – Laura Mora

Dés lors Paula armée par un désir de vengeance, flirtant avec la mort, le piste et se rapproche de lui dans Medellin gangrenée par la violence et la transgression morale.

Natasha Jaramillo couleur-bulle.fr

Matar a Jesus – 2018 – Laura Mora

En décidant de suivre le chemin de Jesús, Paula entre dans la mécanique de la violence, lui permettant de pointer aussi la sienne.

Giovanny Rodriguez Natasha Jaramillocouleur-bulle.fr

Natasha Jaramillo – Giovanny Rodriguez – Matar a Jesus – 2018 – Laura Mora

De ce face à face rude, terrible, destructeur, émergera une part de l’humanité de Jesús. Ouvrant à Paula le choix d’y puiser la force de briser la chaîne de la violence.

Natasha Jaramillo couleur-bulle.frNatasha Jaramillo – Matar a Jesus – 2018 – Laura Mora

 

Matar a Jesús (Tuer Jesús), dense, fort, saisissant, dans la tension du chaudron de la violence et de la vengeance, où la reconnaissance de l’humanité dans l’autre portée par le réalisme  des acteurs non professionnels ouvre le « débat de tout un pays qui porte le deuil d’êtres chers disparus et qui doit construire son quotidien en dépassant le sentiment de vengeance ». Matar a Jesús, un film à voir.

Entre l’an 2000 et 2002, 9931 personnes ont été tuées dans les rues de Medellin et « l’un de ces morts était mon père ». Laura Mora

  • Matar a Jesús2018 – Laura Mora

Colombie – 1 h 39

Scénario : Laura Mora, Alonso Torres

Distribution : Bobine Films

Sortie nationale : 8 mai 2019

Avec : Natasha Jaramillo : Paula, Giovanny Rodriguez : Jesús, Camilo Escobar : José Maria, Carmenza Cossio : Alicia

Sabine Vaillant

couleur-bulle.fr

Logo Couleur Bulle Sabine Vaillant couleur-bulle.fr

  • LAURA MORA CINÉASTE

Née en 1981 à Medellin. Etudes de photographie à l’académie Yurupary de Medellin, Centre d’études cinématographiques de Barcelone. 2002 Départ pour l’Australie, études de cinéma Université RMIT de Melbourne.

  • FILMOGRAPHIE

2018 : Matar a Jesus

2015 : Antes del Fuego – 1er long métrage

2012 : Escobar, el patrón del mal – Série TV – Coréalisée, avec Carlos Moreno

2012 : Salomé – Court-métrage

2006 : Brotherhood – Court-métrage

West – Court-métrage

PETRA UN FILM DE JAIME ROSALES

Petra Jaime Rosales Affiche couleur-bulle.fr

  • PETRA – 2018 – Jaime Rosales

Petra Lennie couleur-bulle.fr

Bárbara Lennie (Petra) – 2018 – Petra Jaime Rosales

Petra, jeune peintre entre dans la famille de Jaume Navarro plasticien international par la porte de la résidence d’artiste. Elle va se cogner très rapidement à la surface lisse que lui tend Jaume esquivant son questionnement. Telle l’abeille contre la vitre, elle va s’obstiner.

Petra Jaime Rosales couleur-bulle.fr

Bárbara Lennie (Petra) – 2018 – Petra Jaime Rosales

Sous le soleil d’une nature catalane en majesté, le huit clos mis en place par Jaume, avec la complicité obligée de ceux qu’il tient perversement sous sa coupe, fonctionne. Eux aussi se sont abîmés sur le lissé froid du tranchant de Jaume.

Marisa Paredes Joan Botey couleur-bulle.fr

 

Marisa Paredes (Marisa) – Joan Botey (Jaume) – Petra – 2018 – Jaime Rosales

Face cette perversité, Petra avance présentant à chacun tour à tour le miroir révélateur qu’elle est. Mensonges, trahisons, manipulation, lutte, pouvoir, forces, cruauté, cernent les personnages sur lesquels plane la mort.

Petra Jaime Rosales couleur-bulle.fr

Bárbara Lennie (Petra) – Alex Brendemühl (Lucas) – Petra – 2018 – Jaime Rosales

Petra en un long et douloureux chemin brisera la scène du théâtre antique construite par Jaume. Ouvrant une autre porte, elle offrira à sa fille ce qui lui a été refusé.

De la noirceur émerge Petra, incarnée superbement par Bárbara Lennie, se libérant du fil du destin pour être.

Petra un  film à découvrir.

  • Petra – 2018 – Jaime Rosales

Espagne, France, Danemark – 1 h 47

Drame

Scénario : Jaime Rosales, Michel Gaztambide, Clara Roquet

Compositeur : Kristian Selin Eidnes Andersen

Productrice : Bárbara Diez

Distribution : Condor Distribution

Sortie nationale : 8 mai 2019

Avec : Bárbara Lennie (Petra), Alex Brendemühl (Lucas), Joan Botey (Jaume), Marisa Paredes (Marisa), Petra Martinez (Julia), Carme Pla (Teresa), Chema Del Barco (Juanjo), Natalie Madueño (Martha)

Sabine Vaillant

couleur-bulle.fr

Logo Couleur Bulle Sabine Vaillant couleur-bulle.fr

 

JAIME ROSALES – RÉALISATEUR & SCÉNARISTE

Né à Barcelone en 1970. Études de commerce ESADE, École Internationale de Cinéma et Télévision de San Antonio de Los Baños : EICTV à La Havane, Austrian Film Television and Radio School : AFTRS à Sydney. Depuis 2000 crée avec sa société de production Fresdevals Films.

FILMOGRAPHIE

2018 : Petra – Festival de Cannes 2018 – Quinzaine des Réalisateurs

2014 : La Belle Jeunesse – Festival de Cannes 2014 – Un Certain Regard – Prix du Jury Œcuménique.

2012 : Rêve et Silence – Festival de Cannes 2012 – Quinzaine des Réalisateurs

2008 : Un tir dans la tête – Festival de San Sebastian 2008 – En compétition – Prix FIPRESCI de la critique internationale

2007 : La Soledad – Festival de Cannes 2007 – Un Certain Regard

2003 : Las horas del dia – Festival de Cannes 2012 – Quinzaine des Réalisateurs – Prix FIPRESCI de la critique internationale