BELLE ANNÉE 2019

Belle année 2019 Sabine Vaillant couleur-bulle.fr 2019

2019

BELLE ANNÉE  SOUS UN ARC EN CIEL DE LUMIÈRE ET UNE NUÉE DE BULLES DE BONHEUR ET DE JOIE !

 

 

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

IN MY ROOM ULRICH KÖHLER : SEUL SUR TERRE

In my room Ulrich Köhler affiche couleur-bulle.fr Sabine Vaillant

SYNOPSIS In my Room – Ulrich Köhler

Armin vogue d’échecs professionnels en déceptions sentimentales. Il n’est pas vraiment heureux, mais ne peut pas s’imaginer vivre autrement.

Un matin il se réveille : si le monde semble inchangé, tous les êtres humains se sont volatilisés. Robinson Crusoé des temps modernes, Armin prend alors un nouveau départ. Cette liberté totale lui donne des ailes, mais tout ne se passe pas comme prévu

IN MY ROOM – ULRICH KÖHLER

Conférences de presse la caméra tourne sur le vif, Armin pris dans une spirale infernale, court désordonné, sans boussole, d’un point à un autre et atterrit à son agence de presse pour la télévision. Cata complète, aucun reportage n’est utilisable, rien n’est in the box. Il rentre chez lui avec une jeune femme mais l’affaire tourne court. Un appel de son père, Armin se rend auprès de sa grand-mère en fin de vie.

Il se réveille un matin seul dans un monde où tout est en place mais vide de ses habitants. Il s’adapte à cette nouvelle réalité en toute liberté, libéré des contraintes sociales. Exit le loser.

In my room Ulrich Köhler couleur-bulle.fr Sabine Vaillant

Hans Löw (Armin) – In my Room – 2018 – Ulrich Köhler

Armin naufragé de sa propre vie, la redessine porté par sa logique intérieure, marquée par son passé, écartant délibérément une explication réaliste aux événements. Fermier, il vit au milieu d’animaux descendus tout droit de l’Arche de Noé jusqu’au jour où Kris, belle nomade, entre dans sa vie et avec elle la perspective d’un nouveau monde.

In my room Ulrich Köhler Elena Radonicih couleur-bulle.fr Sabine Vaillant

Elena Radonicich (Kirsi)– In my Room – 2018 – Ulrich Köhler

La matière reprend vie, l’univers des possibles s’offre, ouvrant le champ d’une aventure, empruntant les chemins où s’ouvrent les bourgeons poétiques d’un ailleurs.

 In my Room –« le désastre et la destruction de l’humanité ne sont pas le sujet principal du film – c’est une histoire ‘réaliste’ dans un cadre irréaliste, l’histoire d’amour des derniers humains sur terre » – Ulrich Köhler 

In my room Ulrich Köhler Elena Radonicih Hans Löw couleur-bulle.fr Sabine Vaillant

Elena Radonicich – Hans Löw – In my Room – 2018 – Ulrich Köhler

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

In my Room – 2018 – Ulrich Köhler

Allemagne, Italie – 120 minutes

Production : Pandora Film, Echo Film, Komplizen Film

Nour films

AVEC :

Hans Löw (Armin), Elena Radonicich (Kirsi), Michael Wittenborn (Le père), Ruth Bickelhaupt (La grand-mère), Emma Bading ( Rosa), Katharina Linder (Lilo ), Felix Knopp (Le monteur), Kathrin Resetarits (Tanja)

  • ULRICH KÖHLER

Ulrich Köhler Annette Hauschild_Pandora couleur-Bulle.fr Sabine Vaillant

Ulrich Köhler –  Annette Hauschild ©

Ulrich Köhler naît à Marbourg en 1969, étudie les Arts à Quimper. Il se tourne ensuite vers la philosophie puis la communication audiovisuelle à l’École des Beaux-Arts de Hambourg, où il réalise ses premiers courts métrages

  • FILMOGRAPHIE

2018 : In my Room – Sélection officiel Un Certain Regard Cannes 2018

2011 : La Maladie du sommeil (Schlafkrankheit) – Ours d’argent du meilleur réalisateur Berlin

2006 : Montag (Montag kommen die fenster) – Forum des jeunes réalisateurs Berlinale

2002 : Bungalow – 1er long-métrage – Panorama de la Berlinale 2002

L’ENFER DANS LA VILLE DE RENATO CASTELLANI

L'Enfer dans la ville Renato Castellani affiche couleur-bulle.fr Sabine Vaillant

  • SYNOPSIS L’ENFER DANS LA VILLE

Lina, une jeune fille naïve, est injustement accusée de complicité de cambriolage dans la maison bourgeoise où elle travaille comme bonne, victime de la manipulation de l’homme dont elle est amoureuse.

Elle est alors jetée en prison où elle fait la connaissance d’Egle, une habituée des lieux qui la prend sous son aile…

L'enfer de la ville renato Castellani couleur-bulle.fr Sabine Vaillant

Giulietta Masina – Anna Magnani – L’Enfer dans la ville 1959 – Renato Castellani

  • L’Enfer dans la ville 1959 – Renato Castellani

Un petit camion avance sur les pentes de Rome. Il s’arrête devant la prison de femmes de Mantellatte. Parmi celles qui en descendent Lina Borsani, une jeune domestique d’une maison bourgeoise, injustement accusée de complicité de vol dans la villa de ses patrons, tétanisée par l’idée de l’incarcération. Tandis que les habitués suivent la procédure, elle observe et tente même de s’échapper.

Une religieuse catholique la conduit dans une vaste cellule où vivent plusieurs femmes. La plupart des lits sont repliés sauf un où se trouve Egle. Celle-ci ignore d’abord Lina puis la prend petit à petit sous sa protection se moquant de sa naïveté. Lina amoureuse d’Adonis qui a subtilisé les clés de la villa de ses patrons, tout en lui promettant le mariage.

Le quotidien de Mantelleta est dur avec des femmes sous tension, livrées à elle-même, avec pour seule distraction le courrier, les repas, les aller-retour chez le juge, les potins, parfois un petit travail et la messe. D’une cellule à l’autre elles s’apostrophent, faisant monter la mayonnaise.Les frustrations, frasques et rodomontades d’Egle, redoutées des prisonnières, alimentent la colère, la violence quotidiennes.

L’Enfer dans la ville, version Director’s cut, livre une chronique sur les conditions de détention à la fin des années 1950 à Rome et l’enfer de l’enfermement associés souvent à la misère favorisant la récidive. Anna Magnani en majesté joue magistralement utilisant le registre comique perçant l’écran. Giulietta Masina n’est absolument pas en reste.

La rivalité des deux actrices sur le tournage déborde dans le film, leurs désaccords et leur mésentente transposés sur le plateau.

Sabine Vaillant

Couleur Bulle

blog couleur-bulle.fr sabine vaillant

  • L’Enfer dans la ville1959 – Renato Castellani

Italie – 1 h 36

Adapté de Roma, Via delle Mantellate, roman d’Isa Mari

Documenté par Renato Castellani et Suso Cecci d’Amico, scénariste

Les Films du Camélia

Sortie version intégrale inédite restaurée : 9 janvier 2019

Avec :

Anna Magnani (Egle), Giulietta Masina (Lina), Myriam Bru (Vittorina), Cristina Gaioni (Marietta Mugnan), Alberto Sordi (« Antonio l’Adonis » Zampi), Renato Salvatori (Piero)

  • RENATO CASTELLANI 1931 – 1985

Renato Castellani naît en 1913 à Finale Ligure (Italie). Il étudie l‘architecture à Milan, puis s’oriente vers la critique de cinéma. Parallèlement, il écrit et dirige des programmes radiophoniques. Il débute comme scénariste. En 1938, il est coscénariste de L’Orologio a cucu de Camillo Mastrocinque. Et passe à la réalisation en 1942, avec Un coup de pistolet (Un colpo di pistola).

Dans les années 1970, Renato Castellani se consacre à la télévision.

Il meurt à Rome le 28 décembre 1985

  • FILMOGRAPHIE

1971 : Léonard de Vinci – TV

1959 : L’enfer dans la ville – rencontre électrique entre les deux actrices :Anna Magnani et Giulietta Masina.

1957 : I sogni nel cassetto

1954 : Roméo et Juliette, Lion d’Or à Venise 1954

1951 : Deux sous d’espoir – 3ème film du triptyque néo-réaliste Palme d’or ex-aequo avec Othello d’Orson Welles au Festival de Cannes 1951.

1950 : E primavera – 2ème film du triptyque néo-réaliste

1948 : Sous le soleil de Rome – 1er film du triptyque néo-réaliste

1942 : Zaza

1941 : Un coup de pistolet (Un colpo di pistola) écrit avec Alberto Moravia, inspiré d’une nouvelle d’Alexandre Pouchkine, film emblématique du courant calligraphique, comme Zaza